Weyer, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Révision de 28 décembre 2007 à 18:43 par Holcroft (discussion | contributions) (Historique)

Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Weyer
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : La Petite Pierre
  • Consistoire de : Drulingen
Lieu de culte
  • Ville : Weyer
  • Adresse : 15 rue Principale
  • Coordonnées géographiques : 48°51'16" N, 7°09'36" E
Contacts



Présentation

Paroisse luthérienne de Weyer, 15 rue Principale 67320 Weyer

La paroisse luthérienne de Weyer est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Weyer : 1 rue de la Poste
  • Eywiller : Place de l'Ecole

Historique

  • Weyer

Weyer était paroisse autonome de la Réforme jusqu'en 1629, où le catholicisme fut réintroduit. Lorsqu'à partir de 1633, les protestants retrouvèrent droit de cité, Weyer était annexe soit de Lorentzen, soit de Bockenheim, soit de Drulingen et finalement de Hirschland. En 1745, la paroisse de Weyer retrouva son autonomie et fut longtemps marquée par des pasteurs piétistes*. Ce n'est que le pasteur Heinrich Horstmann, chargé de la paroisse de 1805 à 1812, qui, par son orientation rationaliste fit entrer sa communauté dans le courant libéral* déjà dominant dans la majorité des autres paroisses de la région. L'église protestante, construite par Dodel d'après les directives de F.J, Stengel, fut inaugurée le 9 juillet 1769. Il s'agit en gros d'une reprise simplifiée des plans de l'église de Harskirchen: tribunes sur trois côtés portées par des piliers et chaire centrale derrière l'autel. La nef est moins longue, le portail plus modeste et le clocheton à huit pans sans bulbe se termine en pointe. Des vitraux de G. Werlé (autour de 1960) rappellent le baptême de Jésus et le miracle de la multiplication des pains. L'orgue de 1847 est de Martin Wetzel que les spécialistes appellent « le grand» parmi les petits facteurs d'orgue alsaciens du 19" siècle.

Le cimetière se signale par son entrée monumentale. À l'intérieur, un long péristyle s'ouvre sur la nécropole. Le développement des styles et des dimensions des pierres tombales laisse rêveur sur les rapports des humains à la mort. Une tombe à découvrir : celle du pasteur L. Büchsenschütz (1814-1882) qui exerça à Weyer et fut inspecteur ecclésiastique.

  • EYWILLER

L'église protestante a été construite en 1712, mais son portail Renaissance à pointes de diamants est daté de 1675. De son parvis (enclos de l'ancien cimetière), une perspective plongeante donne sur les maisons à «Schopp» et leurs vastes usoirs si caractéristiques de l'habitat de la région. Les vitraux réalisés par les ateliers Bischoff de Strasbourg selon des œuvres de l'artiste peintre Robert Fausser en 1955 ont l'ange comme thème commun, ce qui est rare pour une église protestante. L'archange Michaël terrasse le dragon. L'archange Raphaël accompagne Tobit. L'archange Gabriel visite Marie. L'ange de Pâques annonce le Christ ressuscité. Ainsi la communauté célébrante est en communion avec les bienfaisantes créatures invisibles.


Source : Protestants d'Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/saep

Site Internet

...

Administration