Berg, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Berg
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : La Petite Pierre
  • Consistoire de : Drulingen
Lieu de culte
  • Ville : Berg
  • Adresse : 6 rue du Presbytère
  • Coordonnées géographiques : 48°53'58" N, 7°09'26" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Jérôme BAUER
  • Téléphone : 03.88.01.70.46
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Berg, 6 rue du Presbytère 67320 Berg

La paroisse luthérienne de Berg est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Berg : rue Principale
  • Thal : rue Principale
  • Rexingen : rue Principale
  • Gungwiller : rue Principale

Historique

  • REXINGEN

Rexingen était ecclésialement une annexe de Berg depuis 1559, quand Leonhardt Kunkelmann devint premier pasteur protestant à Berg. L'église, bâtie en 1603, n'a pas survécu à la guerre de Trente Ans. Au début du 19' siècle encore, un lieu aménagé dans une maison paysanne servait de lieu de culte. L'actuelle église fut construite en 1885 par l'architecte Hannig de Saverne. Par son portail à colonnes, sa rosace quadrilobée et son clocheton à encorbellement, elle apporte au village une précieuse note festive et plaisante. L'orgue est une construction Dalstein-Haerpfer de 1914.

  • BERG

Lorsque, après la guerre de Trente Ans, le village fut repeuplé et reconstruit au bas de la colline, l'église du Kirchberg est encore restée église paroissiale de Berg. Le cimetière qui l'entourait est resté aussi au service des protestants (de remarquables pierres tombales y restent conservées). Après le traité de Ryswick*, cette église a servi simultanément aux protestants et aux catholiques jusqu'en 1773.

L'église protestante actuelle fut construite par l'architecte F.J. Stengel avec une nef utilisée dans le sens transversal (Breitsaalkirche). Un escalier monumental donne sur la porte principale latérale. Le clocher à bulbe à l'opposé en est le pendant. L'agencement intérieur correspond à ce plan général: autel et chaire au milieu du grand mur, la tribune leur faisant face, et les bancs les entourant des trois côtés. Cet arrangement correspond à la piété protestante du 18' siècle. En 1845, le pasteur Kremer acheta auprès de l'artiste peintre Eugène Beyer de Strasbourg 14 tableaux représentant le Christ et les apôtres. Les mieux conservés et ceux qui ont déjà été restaurés sont visibles dans la nef. Ils rappellent à la communauté célébrante que la foi en Christ repose sur le témoignage des apôtres.

L'acquisition d'un orgue pour la vaste église fut décidée par le conseil municipal «pour gUider le chant des fidèles de plusieurs communes qui se réunissent dans ce temple ». L'œuvre du facteur d'orgue Georg Wegmann fut inaugurée le 8 avril 1844.

  • THAL

Les premiers habitants à quitter Berg sur les hauteurs venteuses du Kirchberg, à la recherche d'un abri plus clément, fondèrent Thal au pied de la colline. Ce n'est que plus tard que le Berg actuel fut construit. Mais les destinées de Berg et de Thal restèrent liées. Les deux églises de Thal, catholique et protestante, datent toutes les deux de la fin du 19' siècle. Il est intéressant de les comparer. Le professeur Johannes Ficker de la faculté de théologie protestante de Strasbourg était à l'époque particulièrement soucieux du développement de la vie cultuelle en AlsaceLorraine. 72 églises protestantes furent construites entre 1871 et 1912. Ficker collabora comme conseiller à leur construction, à leur agencement et à leur décoration intérieure. Les nouveaux lieux de culte devaient exprimer à la fois la simplicité réformée et la profondeur luthérienne. L'église de Thal en est un exemple.

  • GUNGWILLER

Les comtes palatins introduisirent la Réforme à Gungwiller en 1556. Situé à l'extrême Ouest du comté de La PetitePierre, le village faisait partie de la paroisse de Tieffenbach. L'église actuelle, construite en 1950, remplace celle de 1825 détruite durant les combats de la fin de la deuxième guerre mondiale. Le porche du clocher latéral donne sur un parvis ouvert aménagé d'une manière heureuse en mémorial des victimes civiles et militaires des guerres du 20" siècle. On peut aussi s'y souvenir des innombrables victimes de la guerre de Trente Ans où le village était totalement désert entre 1636 et 1690. En 1712 ne résidaient encore que 4 familles à Gungwiller. C'est sur cet arrière fond que les vitraux réalisés par les ateliers Bischoff de Strasbourg autour de 1959 prennent toute leur signification : le peuple qui est nourri par la manne dans le désert, le Christ qui bénit et donne le pain, l'esprit de Pentecôte qui veut unir les peuples dans la même foi, et finalement les ouvriers qui sont appelés à faire fructifier leurs dons pendant l'absence du Maître. Un de ces vitraux a été offert par la famille d'un jeune du village, Roger Scheuer, qui a perdu sa vie dans la guerre d'Algérie en 1958. L'orgue a été construit en 1962 par Emest Mühleisen.


Source : Protestants d'Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/saep

Site Internet

Administration