Betschdorf, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Betschdorf
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Wissembourg
  • Consistoire de : Hatten
Lieu de culte
  • Ville : Betschdorf
  • Adresse : 1 rue des Potiers
  • Coordonnées géographiques : 48°53'55" N, 7°54'06" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Laurent Wolf
  • Téléphone : 03.88.54.42.72
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Betschdorf, 1 rue des Potiers 67660 Betschdorf

La paroisse luthérienne Betschdorf est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Betschdorf Oberdorf : rue des Potiers
  • Betschdorf Niederdorf : 32 Grand'Rue
  • Kuhlendorf : 19 rue du Village
  • Schwabwiller : rue des Seigneurs


Historique

  • BETSCHDORF

À la sortie de la forêt de Haguenau, la nouvelle voie rapide mène vers Wissembourg. À la hauteur de Betschdorf, une gigantesque terre cuite annonce «ici vous êtes au pays des potiers ». Depuis 1972, les deux villages de Niederbetschdorf et d'Oberbetschdorf forment avec Kuhlendorf, Schwabwiller et Reimerswiller, une seule commune : Betschdorf.

Tout comme Soufflenheim, situé un peu plus à l'Est, Betschdorf compte nombre de potiers, appelés « d'Hafelemacher» (les fabricants de pots). Le nom du premier artisan potier de Betschdorf apparaît en 1706 dans le registre de baptême d'Oberbetschdorf, au moment où il fait baptiser son fils. Le même registre mentionne un «Geschirrbrenner» (celui qui fait cuire la poterie) et, un peu plus tard, un «Krugmacher» (fabricant de cruches). Il ne subsiste actuellement qu'une douzaine des cinquante poteries du 19" siècle. Ces ateliers produisent essentiellement de la poterie décorative. Des crèches, créations originales des artisans locaux, sont exposées pendant le temps de l'Avent.

Partie intégrante du Hattgau, Niederet Oberbetschdorf se rallient en 1545 à la Réforme, adoptée par les comtes de Hanau-Lichtenberg. Le 28 mai 1545, Philippe IV convoque à Bouxwiller, capitale du comté de Hanau-Lichtenberg, les ecclésiastiques relevant de son autorité. Là, il exprime son désir personnel de voir la Réforme introduite dans les paroisses de son bailliage (voir Pays de Hanau). Le curé Lorenz Rühel de Niederbetschdorf répond favorablement à cette proposition, et est confirmé par le comte dans sa fonction de pasteur. À partir de 1565, Ober et Niederbetschdorf ont chacune son propre pasteur. Oberbetschdorf deviendra en effet paroisse autonome avec ses annexes de Schwabwiller et Reimerswiller.

Après la guerre de Trente Ans, pour remplacer une population décimée et repeupler le pays, les autorités locales accueillent des immigrés. Ceux qui viennent de Suisse sont souvent calvinistes* ou zwingliens*. Leurs descendants auront parfois du mal à s'intégrer à la communauté villageoise. Ainsi, lorsque l'épouse de Hans Zimmer, tisserand à Niederbetschdorf, meurt, le pasteur ne prononce pas de sermon à son enterrement. Le motif invoqué est inscrit dans le registre: elle est calviniste !

L'introduction de la Réforme n'entraîne pas la disparition des familles catholiques : des registres de 1667 en mentionnent plusieurs. Lors de la restauration du catholicisme par le roi Louis XIV, à partir de 1684, les églises d'Oberbetschdorf et de Niederbetschdorf sont utilisées simultanément par les paroissiens des deux confessions. Le curé, rétribué par le roi, porte le titre de «curé royal ». Par la suite, la paroisse catholique d'Oberbetschdorf construit sa propre église, et le simultaneum* prend fin le 15 juin 1889.

Le ban de l'actuel Betschdorf compte trois édifices religieux : à Oberbetschdorf, l'église catholique Saint Jean-Baptiste avoisine l'église protestante ; à Niederbetschdorf, une seule église sert toujours aux deux communautés. Dans son chœur du 15" siècle, l'église simultanée de Niederbetschdorf a conservé des fresques peintes vers 1400, d'inspiration proche de celles de Hohwiller (en particulier la représentation du «moulin eucharistique »). Les vitraux de la nef sont l'oeuvre de deux artistes différents. Du côté gauche, le maître verrier Joseph Ehrismann (1880-1937) illuste en 1925 le Sermon sur la montagne et la Transfiguration. Ces vitraux sont restaurés en 1950 par le maître verrier Tristan Ruhlmann. À droite, deux vitraux de 1951 représentent, l'un, Jésus bénissant les enfants, l'autre, le Christ en croix. Ils sont l'œuvre de Tristan Ruhlmann, qui une année plus tard, réalise les vitraux du chœur. On peut y voir représentés aussi bien des thèmes de l'histoire sainte (adoration des mages, enfance du Christ, descente de la croix .. .) que des scènes de l'histoire locale et de la vie quotidienne. Ainsi, sainte Adélaïde, faisant don de la forêt comme le veut la légende, voisine avec les différents métiers exercés à Betschdorf : travail du bois et de la terre, commerce et artisanat ; l'étudiant et le retraité, la femme de ménage et le pêcheur ne sont pas oubliés. Dans la chapelle latérale, quatre petits vitraux de l'entreprise Ott frères illustrent des symboles bibliques: le pain, le poisson, la lumière, l'eau et l'Esprit-Saint.

  • KUHLENDORF

Dans ce petit village de moins de 100 habitants, mentionné dans les archives dès 792, deux bâtiments retiennent l'attention: - une petite maison carrée à pans de bois, le «Wachthisel », était jadis maison de péage et corps de garde, - à quelques pas de là, une maison à colombages est surmontée d'un petit clocher: c'est l'église protestante, construite en 1820 ; elle est sans doute la seule église à colombages en Alsace. Son horloge ne comporte qu'une aiguille, qui marque les heures. Où est l'autre? Ne cherchez pas; il n'y a jamais eu d'aigUille pour indiquer les minutes. Pourquoi en effet compter les minutes dans un univers paysan où la journée est vécue au rythme de la course du soleil? L'orgue de cette petite église est récent : il est construit en 1977 par Christian Guerrier.

  • SCHWABWillER

Ce village du Hattgau, bailliage des Hanau-Lichtenberg, est passé à la Réforme en 1545. Son église, mixte, est construite en 1767. L'horloge, datée de 1768, est dotée d'une seule aiguille, comme celle de Kuhlendorf. Les vitraux sont l'œuvre de Tristan Ruhlmann. Celui de l'entrée, au-dessus de la porte, est consacré au Christ, juge du monde. Ouant aux vitraux du chœur, ils représentent saint Georges, patron de la paroisse, et le roi Saint Louis. Ils datent du début de l'année 1952


Source : Protestants d'Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/saep

Site Internet

...

Administration