Cernay, paroisse réformée

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Paroisse Réformée de Cernay - Wittelsheim - Staffelfelden
France France


  • Consistoire de : Mulhouse
Lieu de culte
  • Ville : Cernay
  • Adresse : 9 faubourg de Colmar 68700 Cernay; Chapelle de l'eau vive, 5 rue Mermoz 68310 Wittelsheim
  • Coordonnées géographiques : 47°48'33" N, 7°10'50" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Frédéric WENNAGEL
  • Téléphone : 03 89 75 40 87
  • Mail(s) : Frédéric WENNAGEL
  • Site Internet : indéfini



Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !

Présentation

La paroisse réformée de Cernay est membre de

  • l'EPRAL (Eglise Protestante Réformée d'Alsace et de Lorraine), membre de la Fédération protestante de France
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).

Son pasteur est :

  • Frédéric Wennagel

Historique

  • CERNAY

Ancienne possession habsbourgeoise, Cernay ne fut pas touchée par le protestantisme jusqu'à la Révolution. Une communauté protestante ne voit le jour qu'au début du 19ème siècle. Quelques protestants célèbrent un premier culte en 1821 au domaine de l'industriel Robert Bovet, fabricant d'indiennes à Vieux-Thann. D'abord annexe de Thann, la paroisse devient indépendante en 1827 Elle se réunit dans un local loué en 1826 dans la rue de la Croix, local qu'elle garnit d'une chaire et de bancs. En 1841, elle compte 800 personnes et décide de transformer et d'agrandir ce lieu en ajoutant des tribunes et une tourelle. Inauguré le 17 décembre 1843, ce premier temple contient 280 places. Mais l'emplacement est humide et le terrain est instable. De 1904 à 1906, la paroisse construit un nouvel édifice sur un terrain cédé par le pasteur Schoen, ainsi qu'un foyer et un presbytère. L:anci en temple est démoli en 1907

Hélas, le lieu de culte tout neuf ne devait pas tenir très longtemps : huit ans après son achèvement éclate la Première Guerre mondiale. Le pasteur Paul Kopp écrit: « C'était à Noël 1914. La veillée avait été calme et paisible ... Le jour de Noël, peu après 14 h, alors que nous commencions à garnir le grand sapin pour la fête des enfants, un terrible bombardement commença ... À l'abri dans nos caves, nous attendions la nuit avec angoisse ... Le 1er janvier 1915 vint l'ordre d'évacuer la ville. Avant de la quitter, j'allais encore une fois dans notre église. Elle était presque intacte ... Une balle avait touché le transparent de Noël ; la partie portant l'inscription « Paix sur la terre » était déchirée ... Mais, à côté, s'élevait fièrement l'arbre de Noël, comme s'il voulait me consoler. .. Toute chose dure son temps, mais l'amour de Dieu demeure pour l'éternité ... ». Ceux qui reviennent, presque 4 ans plus tard, trouvent le temple en ruine. Seule la tour est épargnée. Dégarnie et à moitié pourrie, elle soutient encore la croix ! Et le récit ajoute : «De la mort à la vie ... Dieu rebâtit Jérusalem; il ramène les captifs de Sion !»

Les habitants reviennent petit à petit, pour reconstruire leurs maisons. Les protestants se réunissent d'abord dans la salle à manger du presbytère qui a été relativement épargné, ensuite dans la grande salle du foyer. Grâce à l'aide de la «Société coopérative pour la reconstruction des églises en Haute-Alsace », la paroisse peut reconstruire son temple, faubourg de Colmar (comme certaines paroisses de la vallée de Munster). Exacte copie du précédent, il est achevé en 1925 et reçoit un orgue pneumatique de Schwenkedel en 1926. Celui-ci n'est plus utilisé depuis une trentaine d'années; le facteur d'orgues Christian Guerrier a utilisé une partie de ses tuyaux pour le nouvel orgue construit en 1976, placé à l'avant du temple.

  • Wittelsheim

L'exploitation des mines au début du 20e siècle amène petit à petit des protestants dans le bassin potassique. De 1928 à 1945, les protestants de Wittelsheim célèbrent leurs cultes dans le hall de l'école maternelle de la cité Amélie l, mis à leur disposition par les Mines. En 1945, ils se réunissent dans la chapelle d'Amélie l, utilisée également par le Service d'entraide de la Cimade. C'était le premier bâtiment muni de vitres ! Sur un terrain acquis en 1975, rue Mermoz, la paroisse construira la «chapelle de l'Eau Vive» où le premier culte est célébré en 1984, avec deux baptêmes d'adultes par immersion. En effet, on a installé dans cette chapelle une petite piscine baptismale, utilisable pour cette pratique.

  • Staffelfelden

À Staffelfelden, les cultes ont lieu à partir de 1930 dans l'ancienne « ferme du château », de 1945 à 1955 dans l'école, puis à la Maison des jeunes, enfin, à partir de 1955, dans une nouvelle baraque installée dans la cité Rossalmend. Celle-ci a été démolie dans les années 1970. Dès 1948, les jeunes de la diaspora viennent aux réunions des Unions chrétiennes à Cernay en train, en bus ou à vélo. La dissémination des protestants du bassin potassique, alors en pleine activité, amènera le pasteur Armand Schulze (à Cernay de 1945 à 1969) à assurer trois cultes chaque dimanche matin, à partir de 1960. Depuis 1985, la fermeture progressive des mines de potasse a entraîné une crise de l'emploi, donc aussi une diminution et un vieillissement de la population protestante. La dernière mine en activité a été fermée en 2004.

Aujourd'hui, la paroisse de Cernay - Wittelsheim - Staffelfelden compte environ 350 foyers, disséminés sur 12 communes. Les cultes ont lieu alternativement à Cernay et à Wittelsheim.

  • Personnalité

Frédéric Engel, né à Cernay en 1818 dans une famille d'origine mulhousienne, épouse Julie Dollfus, fille de Daniel Dollfus et entre ainsi dans l'entreprise mulhousienne de son beau-père Dollfus-Mieg et Cie. Grâce à lui, l'entreprise se reconvertit dans ce qui fera sa fortune: les fils à coudre et à broder DMC, connus dans le monde entier. Soucieux du bien-être moral et intellectuel de ses employés, if développa la protection sociale et l'alphabétisation des ouvriers et démocratisa l'éducation et la culture. Il est aussi à l'origine des premiers musées mulhousiens.


Bibliographie

Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Site Internet

...

Administration