Communauté de Robinson

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté de Robinson
France France
  • Dénomination : Réformée
  • Membre de : Église protestante unie de France


  • Consistoire de : Ile-de-France sud-est
Lieu de culte
  • Ville : Châtenay-Malabry
  • Adresse : [1]
  • Coordonnées géographiques : 48.771114 °N, 2.280569 °E
Contacts
  • Pasteur(s) : Philippe B. Kabongo-Mbaya
  • Téléphone : 01 46 60 30 40
  • Mail(s) : [mailto: contact@erf-robinson.org]
  • Site Internet : http://www.erf-robinson.org/



Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !

Présentation

Située à Châtenay-Malabry, la Communauté de Robinson est une paroisse réformée qui dessert neuf communes voisines : Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Fontenay-aux-Roses, Fresnes, Le Plessis-Robinson, L'Hay-les-Roses, Sceaux, Verrières-le-Buisson. Quelques personnes habitent dans des communes plus éloignées. Au total environ 250 foyers sont rattachés à la Communauté de Robinson. Un de ses plus illustres paroissiens a été Paul Ricoeur.

Lieux de culte

  • Châtenay-Malabry, angle Avenue Jean Jaurès/Rue Jean Longuet

Rattachement

La paroisse réformée dite Communauté de Robinson est membre de :

  • l'EPUdF (Eglise Protestante Unie de France)
  • elle-même membre de la FPF (Fédération Protestante de France).


Historique et développement actuel

Les débuts

Aux débuts des années 1960, la Commission générale d’Évangélisation de l’Église Réformée de France avait engagé une prospection pour ouvrir une paroisse dans le secteur. En effet, les familles protestantes y résidant fréquentaient les Églises réformées de Montrouge ou du Luxembourg (rue Madame à Paris), ou encore l’Église luthérienne de Bourg-la-Reine. En mai-juin 1965, après la décision de création d'une Église locale, les premiers cultes ont eu lieu à la salle de l'aumônerie du Lycée Marie Curie à Sceaux, les autres activités étant dispersées dans diverses maisons, églises et salles municipales. En 1968, la communauté achète un terrain de 1930 m2 au 36 rue Jean Longuet à Châtenay-Malabry. Il comporte un pavillon de neuf pièces, "Les Charmilles", qui abrite dès lors les cultes, réunions, activités de catéchèse et de jeunesse et le secrétariat. La communauté peut alors se développer. Le pasteur Jean Abel a fortement marqué les débuts et le style particulier de Robinson. Les prédications étaient suivies de débats d'assemblée. La Communauté de Robinson avait sa propre liturgie et se gouvernait par des Assemblées mensuelles.

La Charte communautaire

Dès 1966, la Communauté affirme son caractère propre en se dotant non seulement d'une gouvernance en démocratie directe préfigurant les A.G. de mai 1968 mais aussi d'une "charte communautaire" en 5 points:

  • Affirmation de "la conviction que c'est Jésus qui est l'espérance de tous les hommes";
  • Affirmation que la conviction que "la Bible est pour tous le lieu de ressourcement privilégié de toute vie nouvelle ; c'est en communauté qu'on écoute le mieux le Seigneur y exprimer son pardon libérateur";
  • Affirmation de la responsabilité culturelle, sociale et politique du chrétien;
  • Affirmation de l'attachement de la Communauté au pluralisme théologique, politique et social;
  • Affirmation de la volonté d'une écoute mutuelle et d'une ouverture à l'autre.

Le "centre" de Robinson

En 1972, la construction d’un "centre de rencontre" est décidée. Les travaux commencés en mai 1972 se terminent début 1973 et permettent une inauguration en mars 1973. Le "centre" est conçu en sous-terrain (allusion aux catacombes des premiers chrétiens) autour d’un grand volume central qui distribue les accès à une grande salle, où se tient le culte, mais aussi à un "oratoire" ou petite salle de musique d’une part, à une salle de lecture d’autre part, à une cuisine-foyer-bar et à un coin cheminée. Il est donc possible d’utiliser cet espace pour des activités culturelles aussi bien que cultuelles et se constitue bientôt une association culturelle "Centre de Robinson" pour gérer cet aspect. A cette époque (mars 1973), ‘’Horizons Ile de France’’, la publication du consistoire réformé, présente ainsi la sociologie de la paroisse : « 20 retraités, 221 personnes en activité, dont 71 travaillant à la maison, 150 travaillant professionnellement (dont 33 femmes mariées) » ; répartition de ces 150 personnes : ingénieurs : 37% ; enseignants : 26% ; employés : 12% ; techniciens : 8% ; fonctionnaires : 8% ; et 8 architectes (soit 5,3%) ! Les âges sont les suivants : 0 à 30 ans : 55% ; 31 à 60 : 40% ; + de 60 ans : 5%. C’est donc une communauté à la fois jeune et orientée vers les catégories socio-professionnelles supérieures.

L’action sociale

A la fin des années 60 un groupe de jeunes s'est formé en communauté, cohabitant dans un appartement du quartier de la Butte Rouge - où ils ont exercé une activité sociale importante, notamment par la création de jardins ouvriers pour les habitants des HLM. La maison des Charmilles a aussi été utilisée pour des actions sociales : soutien scolaire, par exemple. La communauté de Robinson est toujours une Eglise qui porte un engagement social grâce à son équipe d'Entraide et par l'accompagnement de l'aumônerie protestante à la prison de Fresnes.

Aujourd’hui

L’exercice de gouvernement direct de l'Eglise, sans Conseil presbytéral, a fonctionné jusqu'au début des années 1990, puis un Conseil presbytéral a été institué. Les débats ne sont plus systématiques au culte, mais la communauté de Robinson conserve sa fibre participative et ouverte. Une tradition forte de réflexion et d'échanges en groupes est une des caractéristiques de la communauté de Robinson. Chaque année depuis 1986 sont organisés au Centre les Entretiens de Robinson. Initiés par Paul Ricœur, ils visent à éclairer un grand problème de notre temps, en confrontant la diversité des points de vue, à partir d’approches complémentaires: sociétale, philosophique et théologique. Ils se déroulent chaque année sur trois ou quatre dimanches en hiver, de 16h00 à 18h00 précises. Chaque Entretien se compose d'un exposé d'une durée maximale d'une heure, suivi d'un débat largement ouvert aux questions des auditeurs. En outre la Communauté de Robinson est la paroisse protestante de l’École centrale de Paris, dont les locaux ne sont qu'à 10 minutes à pied. Les relations sont étroites avec les paroisses EPUdF voisines, notamment Palaiseau (réformée) et Bourg-la-Reine (luthérienne).

Œcuménisme

Attentive au pluralisme et à la liberté de parole en son sein, la Communauté de Robinson est aussi très engagées dans les relations œcuméniques et interreligieuses.

  • Paroisses catholiques locales, notamment Saint-Germain l'Auxerrois de Châtenay-Malabry
  • Église Copte Orthodoxe Sainte Marie & Saint Marc de Châtenay-Malabry
  • Église Adventiste du Septième Jour de Châtenay-Malabry
  • Église Mennonite de Châtenay-Malabry
  • Dialogue avec les communautés juives et musulmanes

Sources