Diedendorf, paroisse réformée

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Paroisse Réformée de Diedendorf-Burbach
France France


  • Consistoire de : Strasbourg
Lieu de culte
  • Ville : Diedendorf
  • Adresse : 82 rue principale
  • Coordonnées géographiques : 48°52'45" N, 7°02'42" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Roger Rupp
  • Téléphone : 03.88.01.30.52
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !

Présentation

La paroisse réformée de Diedendorf-Burbach est membre de

  • l'EPRAL (Eglise Protestante Réformée d'Alsace et de Lorraine), membre de la Fédération protestante de France
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).

Son pasteur est :

  • Roger Rupp


Lieux de culte

  • Diedendorf, temple
  • Burbach, temple


Historique

Au village de Diedendorf

Les nombreux réformés français installés à Diedendorf depuis 1559 ne disposaient pas encore d'une église propre. Ils étaient obligés de participer aux cultes luthériens à Wolfskirchen. Ils suscitèrent le mécontentement des luthériens en installant «illégalement» des anciens (Kirchenzensoren). Le sieur Johann Streiff von Lauenstein, qui a construit le château de Diedendorf en 1577 (restauré aujourd'hui), obligea alors le pasteur luthérien de Wolfskirchen à venir célébrer des cultes dans le village réformé, d'abord dans des fermes, au château ensuite, jusqu'à la construction d'un temple sur les rives de la Sarre en 1588. Peu après, pendant la période française du comté, cette église fut détruite. Après le traité de paix de Ryswick, Diedendorf devint le centre d'une paroisse réformée englobant non seulement les villages de Burbach, Rauwiller, Kirrberg et Goerlingen, mais aussi une grande diaspora allant jusqu'à Metz.

Son premier pasteur fut Samuel de Perroudet, de 1698 à 1748. Né en 1667 à Gex, il appartenait à la noblesse huguenote. Réfugié avec sa famille à Lausanne, il avait étudié à Berne et était donc parfaitement bilingue. Il était cultivé, agréable et souple dans ses relations et d'une grande abnégation personnelle. Grâce à ses relations, il sut réunir aussi en-dehors du comté les fonds nécessaires pour la construction d'un temple. Grâce à ces collectes à Berne, Zürich, Strasbourg, Francfort, à Deux-Ponts et en Hollande, l'édifice fut inauguré en 1700. Pour mettre fin aux querelles mesquines entre luthériens et réformés dans le comté, il fut assez naïf pour demander au comte de les unir «puisque les deux confessions sont deux corps d'une même armée, appelée à combattre le même ennemi, obéissant au même Seigneur et chef ». À remarquer dans l'église la pierre tombale (1716) de proches de Samuel de Perroudet et celle de «l'Écuyer du Roy», Streiff de Lauenstein.

C'est autour de 1941 que les luthériens de Diedendorf se sont intégrés dans la paroisse réformée de ce village. De leur côté, les réformés de Wolfskirchen sont entrés dans la paroisse luthérienne de cette localité.

Le clocher de Diedendorf contient un vrai monument historique : une cloche que les historiens datent entre 1450 et 1500. Cette merveille qui a survécu aux tourmentes des siècles et qui appelle à la prière encore aujourd'hui, viendrait par des pérégrinations encore restées mystérieuses, de l'ancienne abbaye de Herbitzheim.

Au village de Burbach

Le pasteur Jean Loquet, organisateur des églises réformées dans le comté de Saarwerden, fit de Burbach le centre des villages «welches» dès 1559. Un premier temple fut détruit pendant la domination et la persécution lorraine de 1629 à 1670. Pendant un court répit, les fidèles obtinrent cependant l'autorisation de faire appel à un pasteur piémontais, Le Preux, qui desservit aussi les autres villages welches. Mais ce répit fut de courte durée.

À peine reconstruit, le temple fut de nouveau détruit suite à la Révocation de l'Édit de Nantes en 1685. L'actuel temple date de 1690. Il fut reconstruit grâce au financement du roi de France qui considérait Burbach comme catholique. Mais la reconversion au catholicisme n'a probablement été que superficielle. Les prêtres ne célébraient d'ailleurs la messe régulièrement qu'au Kirchberg. Ils ne se rendaient à Burbach que sur demande. Les protestants convertis étaient-ils effectivement des renégats ? Ouestion qui reste toujours posée aux chrétiens qui, dans des situations difficiles, prennent des attitudes opportunistes. Après la paix de Ryswick, l'église devint un simultaneum luthéro-réformé, les réformés étant desservis par le pasteur de Diedendorf et les luthériens par celui de Bischtroff-sur-Sarre.

En 1722, les paysans mécontents de la mauvaise gestion du comté, se révoltèrent contre leur souverain et refusèrent de payer les impôts. Jean Marquis, maire de Burbach, était un de leurs meneurs. On ne sait cependant pas dans quelle mesure son action était motivée par des principes évangéliques.

Les habitants de Burbach gardent vivante la mémoire de leur passé souvent douloureux. Pour blason, ils ont choisi l'arbre arraché qui symbolise l'expatriation des huguenots.

Une serpe sculptée dans le linteau de porte et datée de 1716 rappelle que la vigne fut introduite en Alsace Bossue par des huguenots de Moselle et de Bourgogne. Au n° 51 de la rue Principale «Ésaïe Gohere - Jeanne Rousselet - 1670» identifie la maison huguenote. L'ancien presbytère, dernière maison sur la route de Bischtroff, a conservé son caractère officiel, mais il est loué à des particuliers. De vieilles pierres tombales sont conservées au cimetière, dont l'une rappelle les égarements humains :

« Einst ging ich aus Die Feindeskugel traf mich draus Beim Eltemhaus. Voter und Mutter, ouf Wiedersehn.»

«Je sortis de chez moi C'est là, près de la maison paternelle Que la balle de l'ennemi me toucha. Au revoir, père et mère.»

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Site Internet de la paroisse : ...

Bibliographie

  • Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Notes et références


Administration