Domfessel, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Domfessel
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : La Petite Pierre
  • Consistoire de : Diemeringen
Lieu de culte
  • Ville : Domfessel
  • Adresse : 48 rue Principale
  • Coordonnées géographiques : 48°57'04" N, 7°09'07" E
Contacts
  • Pasteur(s) : ...
  • Téléphone : 03.88.00.40.33
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Domfessel, 48 rue Principale 67430 Domfessel

La paroisse luthérienne de Domfessel est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Domfessel : 48 rue Principale
  • Lorentzen
  • Voellerdingen

Historique

  • DOMFESSEL

Rares sont en Alsace Bossue les lieux de culte protestants datant d'avant la Réforme. L'église de Domfessel, à allure de cathédrale, en est l'exemple le plus impressionnant. Église fortifiée, de style gothique, entre le rayonnant et le flamboyant, elle date du 14e siècle. Sa tour, construite entre 1330 et 1340, servait de donjon où le veilleur avait sa chambre au deuxième étage. Près de la tour de garde, passage d'entrée vers l'église, se trouvent quelques vestiges de l'enceinte fortifiée avec chemin de ronde. Les spécialistes reconnaissent dans la nef à 4 travées une nette influence architecturale de l'ordre des Mendiants: élimination au maximum de toute ligne horizontale (par exemple les piliers sans chapiteaux). L'horizontale constituant un obstacle entre Dieu et l'homme ... , il n'y a que l'ascension qui compte. Ils trouvent aussi une analogie architecturale avec l'abbatiale de Niederhaslach dans la vallée de la Bruche, construite à la même époque. Les deux sanctuaires auraient-ils les mêmes architectes ? À l'intérieur de cet espace spirituel, des détails sont dignes d'intérêt : dans le chœur la piscine d'ablution et la custode avec l'oculus (3 vitraux), dans les deux nefs latérales des autels constitués de simples dalles triangulaires, la porte de la sacristie, copie fidèle de celle du 14e siècle. L'orgue Verschneider est de 1839.

L'extérieur n'est pas moins intéressant: contreforts puissants se tenminant en épis et portant des sculptures : animaux divers (chien, faucon, dinosaures) et horloge solaire. Une description détaillée est affichée sur place. Henri de Nassau-Saarwerden, curé du village de 1324 à 1347, fut le maître d'œuvre de la construction. Des membres de sa famille d'une autre époque avaient aussi leur projet d'église: reconstruire l'église en adhérant au mouvement de la Réforme de Martin Luther*. Selon la tradition orale, le réformateur Philippe Melanchthon* aurait prêché ici le 19 novembre 1522, mais jusqu'ici cet événement n'a pas pu être documenté.

  • LORENTZEN

Leonhard Pistoris semble avoir été le premier prêtre du comté de NassauSaarwerden à adhérer au mouvement de la Réforme. Quand il fut installé à Lorentzen le 16 mars 1554, il ne mentionna pas la messe dans son engagement, comme le voulait la coutume. Il dit simplement vouloir «annoncer la Parole de Dieu et administrer les sacrements ». Quand la France rendit le comté aux Nassau en 1697, celui-ci ne comptait que trois pasteurs. Le pasteur Johann Gerlach Arnoldi de Lorentzen avait aussi à desservir les protestants de Voellerdingen, Domfessel, Butten, Mackwiller, Thal, Berg, Rexingen, Drulingen, Ottwiller, Weyer et Siewiller ! Replacé sous domination française (1680) et après la Révocation de l'Édit de Nantes*, l'exécuteur de ce décret, Simon de Nancy, exigea en séance publique l'abjuration et la conversion au catholicisme du pasteur Arnoldi. Mais celui-ci resta ferme. Il fut proscrit et le culte luthérien fut interdit à Lorentzen.

L'esprit d'indépendance de la paroisse de Lorentzen se manifesta en 1814. Les paroissiens se révoltèrent contre le Directoire* qui avait nommé le pasteur J.F. Jung de Bischtroff. Quand Jung dut faire son sermon d'installation, le battant de la cloche avait «miraculeusement» disparu. Le pasteur dut quitter la place sous les moqueries des villageois. La paroisse fut mise au ban par le Directoire. La paroisse installa alors le sellier Reeb comme pasteur, ce qui nécessita l'intervention de la gendarmerie. Finalement, le Directoire céda et nomma le pasteur Kampmann qui fut accepté.

L'église remonte à la confrérie médiévale de Saint-Laurent qui a donné le nom au village. La tour-chœur a été dotée d'une nef en 1623. Le simultaneum* a existé jusqu'en 1770. La rénovation de 1877 a fortement modifié les fenêtres. L'édifice, gravement endommagé à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, a encore été transformé : la nouvelle entrée fut aménagée à l'Ouest. Les vitraux sont récents. Dans la représentation de la cène figurent également des poissons. Autour de 1760 ne résidaient q'une dizaine de catholiques à Lorentzen. Mais, comme le curé de Lorentzen desservait aussi Butten, Mackwiller, Dehlingen et Ratzwiller, la construction d'une église catholique fut décidée. À partir de 1768, Charles Abraham Dodel dirigea sa construction selon les plans du Hofarchitekt Friedrich Joachim Stengel.

Le simultaneum* cessa dans l'ancienne église qui devint protestante. Cette église catholique est aujourd'hui désaffectée et transformée en salle communale, centre culturel et administratif (mairie), admirable pour ce petit village de 280 habitants. Sa bibliothèque comprend une section œcuménique qui témoigne de la bonne entente entre les confessions.

  • VOELLERDINGEN

Leonhard Pistoris fut prêtre à Voellerdingen avant sa nomination à Lorentzen en 1554. On peut donc supposer que son évolution spirituelle et théologique vers l'adhésion à la Réforme eut lieu à Voellerdingen. Selon la tradition, Melanchthon* aurait prêché au Lutterbacherhof, grande fenme près de Voellerdingen. De 1679 à 1890, le simultaneum* fut pratiqué dans l'actuelle église protestante. De l'ancienne église, bombardée le 4 décembre 1944, il ne subsiste que la partie inférieure du clocher. Reconstruite de 1956 à 1958, le plafond de la nef présente la structure d'un bateau renversé. L'autel provient de l'ancienne église. Chaire et fonts baptismaux sont modernes. Les vitraux illustrent le sacrement (vigne et pain), la parole et la lumière.

Source : Protestants d'Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/saep

Site Internet

...

Administration