Fête de la Réformation

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher

La célébration de la Réformation a commencé déjà du vivant même de Luther. Cela se pratiquait chaque année dans certaines Eglises allemandes. En 1528, dans l'Eglise de Brunswick, et à Hambourg en 1529. La date prévue était le dimanche de la Trinité.

Plus tard, un lien plus direct a été établi avec la personne de Luther : à la fin du XVIe siècle, c'est la Saint-Martin, jour de la naissance du Réformateur, qui a été choisie. Ailleurs, c'est celui de son décès (18 février) qui était commémoré.

Puis, à partir du XVIIe siècle, cela commence à se fixer autour du 31 octobre ( ou le dimanche le plus proche). Cette date correspond à l'affichage des 95 thèses, non mis en doute à cette époque.

Les textes bibliques le plus souvent lus lors de la fête de la Réformation : Galates 5, 1-6 : l'appel à la liberté ; Romains 3, 20-28 : la justification par la foi ; Matthieu 5, 2-12 : les Béatitudes.

Mais la tonalité de la fête a changé. Aujourd'hui, l'insistance sur le message ne se fait plus au détriment de l'Eglise catholique. Voici une prière prononcée dans les Eglises luthériennes de langue allemande le jour de la Réformation :

Dieu tout-puissant et miséricordieux, nous te rendons grâce parce que, par des témoins et confesseurs fidèles, tu as à nouveau donné à nos pères ton pur Evangile et parce-que tu nous laisses encore aujourd'hui annoncer ta vérité qui nous sauve. Nous te prions : permets que l'annonce pure de ta Parole et l'usage juste de tes saints sacrements soient conservés parmi nous et parmi nos descendants.[1]

Références =

  1. "Rencontre avec Marc Lienhard : Fêter la Réformation" par Rémy Hebding, dans Réforme n°2741.