Foi et théologie

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher

Foi et théologie

La foi

La foi est du ressort de la conviction intérieure, elle est souvent synonyme de repos, de lâcher prise, d'abandon serein à l'amour de Dieu, à sa volonté. C'est pour cette raison que le synonyme de foi est souvent la confiance et le protestantisme s'est développé autour de cette affirmation majeure : « Ayez confiance en Dieu ». Cette affirmation vise en fait ce que Dieu a fait en Jésus-Christ. Pour le pardon des fautes, pour cette vie et en tout, ayez confiance en Dieu. Cet axe est libérateur et permet de voir plus loin.

De nombreux passages bibliques viennent étayer cet axe. L'un d'entre eux dira par exemple :


Matthieu 11

25 Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants.

26 Oui, Père, je te loue de ce que tu l'as voulu ainsi.

27 Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.

28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.


La théologie

Le théologien quant à lui se situe dans le domaine de la capacité à aimer Dieu de tout son coeur, mais aussi de toute son intelligence.

La confiance en Dieu n'est pas considérée comme un oreiller de paresse rendant la réflexion inutile. Renoncer à comprendre, à formuler des hypothèses, à relier les notions, à aborder tous les champs culturels serait prendre le risque sérieux d'ouvrir le champ à des conservatismes, des intégrismes et des obscurantismes. « Je ne veux pas penser, je veux croire » serait aux yeux de la théologie une affirmation irrecevable. L'intelligence, pour la théologie, n'est pas l'ennemie de la foi, elle est, elle aussi, un don de Dieu accordé aux hommes et doit donc être utilisée.

La confiance en Dieu, placée en préambule, permet de n'avoir peur de rien, en particulier de ne pas avoir peur de ce qu'une démarche rationnelle pourrait nous apporter. Il faut peut-être tout simplement se souvenir que les théologiens sont eux aussi des croyants. La citation « un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup de science ramène à Dieu » attribuée à Louis Pasteur peut aussi rassurer ceux qui en auraient besoin.


Bibliquement les références foisonnent incitant le croyant à étudier, à mémoriser, à progresser. Un passage simple et clair étayant cet axe est peut-être celui des dix commandements (Exode 20) dans lequel il est demandé au croyant d'aimer Dieu, certes, de tout son coeur, mais aussi de toute son intelligence, de toute sa pensée.


On entend parfois dire que la théologie ferait perdre la foi. Il est vrai que de travailler tous les champs qui sont du domaine de la théologie ne nous laissent pas indemnes, mais ce qui souffre lors des études est l'approche trop simple de Dieu et du monde de la foi. Cette approche, peut-être simpliste au départ, nécessite une évolution, un mûrissement. Quand la théologie porte son fruit elle permet une compréhension à la fois plus précise et plus universelle.


La théologie veut donc aller le plus loin possible pour sonder ce qui peut l'être. Dire que la foi est un mystère est vrai, cependant Dieu lui-même est venu en Jésus utilisant les mots et les notions d'une époque, adoptant un langage au sein d'une culture. Jésus a souvent réinterprété les Ecritures, actualisé et corrigé des notions religieuses. S'il ne s'agit évidemment pas de réinventer le christianisme il faut cependant le dire avec l'apport des siècles écoulés et celui des sciences humaines.


Le rôle des Eglises

La raison peut s'égarer, tout comme on peut aussi confondre la foi de l'enfant et la foi de l'adulte, des erreurs de jugements multiples peuvent être faits par chacun. Les Eglises, autrement dit une démarche en groupe fondée sur une longue pratique, une histoire et une formation, - les croyants diront aussi l'Esprit saint - sont souvent une garantie pour la réussite de cette entreprise. Idéalement la foi et la théologie se fécondent l'une l'autre.