Fouday, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Fouday (Solbach)
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Dorlisheim
  • Consistoire de : Rothau
Lieu de culte
  • Ville : Fouday
  • Adresse : 56 rue Principale
  • Coordonnées géographiques : 48°25'19" N, 7°11'10" E
Contacts
  • Pasteur(s) :
  • Téléphone : 03.88.97.30.80
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Fouday, 56 rue Principale 67130 Fouday

La paroisse luthérienne de Fouday est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Fouday
  • Solbach

Historique

  • FOUDAY

Le clocher de l'église de Fouday est une tour romane du 12' siècle. La partie inférieure de la tour formait le chœur de l'ancienne église dédiée à saint Jean-Baptiste. Les fresques murales du 15' siècle ont été restaurées en 1999. On peut y découvrir le couronnement de la Vierge, sainte Odile et sainte Richarde, saint Pierre et saint Jacques, Jean-Baptiste et Marie-Madeleine, les armoiries des seigneurs d'Andlau et de Ratsamhausen. Sur la voûte sont représentés les symboles tétramorphes des quatre évangélistes. Sur le seuil du chœur se trouve la pierre tombale de Gérothée de Ratsamhausen, datée de 1491. L'ultime désaveu apporté par la famille au brigandage de Gérothée fut, à sa mort, son ensevelissement à Fouday et non dans la chapelle familiale de Baldenheim. Du temps du ministère d'Oberlin, on reconstruit en 1777 une nef à vaisseau unique, meublée d'une tribune en bois développée sur trois côtés et d'une chaire suspendue.

  • SOLBACH

Selon la tradition orale, ce village aurait été détruit pendant la guerre de Trente Ans et reconstruit au pied du mont Saint-Jean et de la Perheux. La paroisse est une annexe de Fouday. Son église a été inaugurée en 1860. Le col de La Perheux (699 m) est un carrefour des chemins qui conduisent à Wildersbach, Neuviller-la-Roche, Waldersbach, Belmont et Solbach. C'est ici qu'Oberlin fit élever «l'Autel de la patrie », autour duquel s'assemblèrent les Ban-de-Ia-Rochois pour y célébrer la fête de la Fédération le 14 juillet 1790. C'est également près de ce col qu'Oberlin célébrait des cultes en plein air. La Perheux est aussi, jusqu'à la Révolution française, le lieu de justice où l'on exécutait les criminels (la dernière exécution date de 1786) et où l'on brûlait les «sorcières» au 17' siècle.

Dans le cimetière attenant à l'église de Fouday se trouvent les tombes de Jean-Frédéric Oberlin, de son fils Henri-Gottfried et de Louise Scheppler, la première «directrice» de l'école maternelle créée par Oberlin.

  • Personnalités

Jean-Luc Legrand (1755-1836), né à Bâle, industriel, homme politique, philanthrope et pédagogue, fit des études de théologie avant de se consacrer aux affaires et à la politique. Membre du gouvernement de Bâle, chargé de l'instruction publique, puis président du Directoire de la république helvétique, il était en relation étroite avec deux animateurs majeurs de l'action pédagogique, Basedow et Pestalozzi. C'est en choisissant de transférer en 1813 la fabrique de rubans de soies du Sundgau au Ban de la Roche (voir Altkirch) que Legrand inaugura une collaboration exemplaire avec Oberlin. Les deux hommes avaient la même inspiration évangélique pour créer ensemble une société d'agriculture, une association pour la diffusion de la Bible et pour donner une nouvelle impulsion aux écoles du Ban de la Roche.

Daniel Legrand (1783-1859). Fils de Jean-Luc Legrand, il est profondément influencé par le pasteur Oberlin. Reprenant la rubanerie créée par son père, il est inspirateur de la loi française sur le travail des enfants (1841). Soutenant l'idée d'une législation internationale du travail, il est un des pères spirituels de l'Organisation internationale du travail, fondée en 1919.


Bibliographie

Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Site Internet

...

Administration