Horbourg-Wihr, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Horbourg-Wihr-Bischwihr
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Colmar
  • Consistoire de : Andolsheim
Lieu de culte
  • Ville : Horbourg-Wihr
  • Adresse : 63 Grand'Rue
  • Coordonnées géographiques : 48°04'52" N, 7°23'35" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Véronique SPINDLER
  • Téléphone : 03.89.41.47.24
  • Mail(s) : spindler.veronique@wanadoo.fr
  • Site Internet : paroisse.horb.wihr.bisc.over-blog.com [1]



Présentation

Paroisse luthérienne de Horbourg-Wihr-Bischwihr, 63 Grand'Rue 68180 Horbourg-Wihr

La paroisse luthérienne Horbourg-Wihr est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).

Lieux de culte

  • Horbourg-Wihr (section HORBOURG) : 39 Grand'Rue
  • Horbourg-Wihr (section WIHR) : 1 rue de l'Eglise, église St Michel
  • Bischwihr : 30 Grand'Rue

Historique

Horbourg-Wihr

À l'époque de la Réforme, Wihr-en-Plaine était un fief autrichien des sires de Ribeaupierre. En 1555, Egenolf III se convertit à la Réforme, mais, conformément au Traité d'Augsbourg, le seigneur n'avait le droit d'introduire la nouvelle religion que dans ses possessions propres. Les habitants de Wihr embrassèrent d'eux-mêmes les idées de la Réforme et vinrent assister aux cultes à Horbourg, comme d'ailleurs de nombreux colmariens. Wihr devint une annexe de Horbourg.

En 1593, le duc Frédéric, fils de Georges, fit démolir l'église située au centre de ce que fut le castrum, rare vestige romain en Alsace et fit ériger une nouvelle église «sur les champs» en 1594, vraisemblablement par Heinrich Schickhardt (voir Riquewihr).

Après la guerre de Trente Ans, la paroisse de Horbourg et Wihr devint une annexe d'Andolsheim, et le resta jusqu'en 1805. Par le Traité de Westphalie (1648), les princes wurtembergeois furent réinstallés dans leurs domaines, mais durent reconnaître la souveraineté du roi de France. Si l'intégration de l'Alsace au Royaume de France entraîna d'importants problèmes dans une grande partie de l'Alsace, il n'y eut pas de grands heurts à Horbourg ou à Wihr. Les difficultés furent surtout d'ordre matériel. À Horbourg, l'école fut enlevée aux protestants qui durent trouver d'autres locaux. L'église devint simultanée et ne cessa de l'être qu'en 1897, après la construction de l'église catholique. Elle fut démolie en 1906 pour laisser la place à l'actuelle église protestante néo-gothique, inaugurée en 1907. De magnifiques vitraux représentant Luther, Melanchthon, Bucer et le comte Georges 1er furent détruits lors des combats de 1945. L'orgue Rinckenbach fut entièrement restauré en 2000. Un centre paroissial fut construit à côté de l'église en 1993.

Quant à l'église Saint-Michel de Wihr, délaissée depuis la Réforme, elle ne fut rendue au culte que vers 1800 ; elle devint alors simultanée et l'est encore aujourd'hui. Le clocher du 12e siècle fut remanié au 15e siècle. De très belles peintures réalisées en 1511, représentant la légende de sainte Marguerite, ornent les murs du chœur. Sur sa voûte gothique, on remarque les symboles des 4 évangélistes, ainsi que la représentation du pape Grégoire 1er, et des pères de l'Église latine : saint Jérôme, saint Augustin, saint Ambroise (artiste inconnu). De splendides vitraux modernes réalisés dans les années 1950 par Tristan Ruhlmann résument l'histoire biblique. L'orgue est du facteur Rinckenbach.

Les deux villages de Horbourg et de Wihr-en-Plaine, réunis par fusion-association en 1973, forment une seule commune depuis le 1er, janvier 2000.

Bischwihr

En 1559, le pasteur de Bischwihr - qui était encore « paroisse-mère » demande à quitter le village, parce que sa rétribution financière attribuée par le comte est insuffisante. L'église du village, dont la paroisse est devenue annexe de Fortschwihr, est enlevée aux protestants en 1687. Il n'y a donc pas eu de simultaneum. En 1758, on compte 130 communiants et 18 catéchumènes, mais le pasteur de Fortschwihr n'a pas le droit d'officier à Bischwihr; il n'est même pas autorisé à visiter les malades. En 1693, le pasteur J.C. Schlick est incarcéré, puis proscrit du pays parce qu'il avait osé donner la sainte cène à un malade dans la nuit. Mais en 1783, le maréchal de Ségur écrit au Conseil souverain d'Alsace que les protestants de Wolfgantzen et de Bischwihr peuvent de nouveau avoir un pasteur et qu'ils ont le droit d'utiliser l'église, avec les catholiques. La petite église, avec un clocher muni d'une pointe en pierres de taille, est située en légère surélévation par rapport à la route. Le village a beaucoup souffert des combats de janvier 1945.

Personnalités

Émile Alphonse Herrenschneider (1823-1899), pasteur de Horbourg et de Wihr-en-Plaine de 1850 jusqu'à sa mort, président du consistoire, archéologue et historien, mit au jour de nombreux vestiges du castrum. Il transmit ses découvertes et ses connaissances d'histoire à la postérité par deux ouvrages : «Versuch einer Ortsgeschichte von Weier aufm Land », Barth, Colmar 1890 et «Romercastell und Grafenschloss Horburg », Barth, Colmar 1894, traduit en français sous le titre «Le castrum et le château comtal de Horbourg », Archiw, Horbourg-Wihr; 1993.

La famille Steib, grande famille de notables, agriculteurs.

Mathias (1747-1821), premier maire de Wihr; député de 1793 à 1795, introduit la culture du trèfle dans le Haut-Rhin et suscita la création d'une école d'arboriculture à Colmar.

Charles (1871-1946) a joué un rôle de novateur dans le domaine des engrais chimiques. Maire de Wihr; il a été l'un des principaux dirigeants agricoles en Alsace, vice-président de la Banque rurale en 1935 et président de la Chambre d'agriculture du Haut-Rhin créée en 1927.

Jean, né en 1932, exploitant agricole, grande figure du syndicalisme agricole en Alsace, président du Centre départemental des jeunes agriculteurs, de la Chambre d'agriculture du HautRhin de 1967 à 1989 où il a mené une politique de modernisation et de recherche de la qualité. Maire de Wihr de 1969 à 1989 et conseiller général de 1973 à 1992, il est l'initiateur de la fusion de Wihr avec Horbourg.

Daniel Meyer (1914-2001), pasteur à Horbourg et à Wihr de 1954 à 1964, a su faire partager sa foi rayonnante par les jeunes, dont il était très proche. Son charisme et son dynamisme n'ont pas seulement marqué la paroisse, mais tous ceux qu'il a côtoyés. En 1957, il créa la colonie de vacances «Le Vallon ». Animée par l'Association des jeunes du Vallon, elle fonctionne encore aujourd'hui. Ce lieu est aussi un centre de rencontres, de partage et de convivialité, en particulier lors des journées œcuméniques.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Notes et références