Le Messager (journal)

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant ou classez-le dans une catégorie d’ébauches !


Article en cours de rédaction


Le Messager est un hebdomadaire protestant diffusé principalement en Alsace-Moselle. Il a été fondé en octobre 1939 de la fusion des trois principaux journaux de l'époque. La mission du journal est relier les membres des différentes communautés protestants de la région en les informant sur les événements de leur contrée, tout en gardant une ouverture sur l'Eglise universelle et sur la réflexion théologique.

Projet éditorial

  1. Relier les membres de la communauté protestante d'Alsace et de Moselle, qu'il s'agisse des membres engagés et cotisants ou des membres plus distanciés.
  2. Maintenir claire l'identité protestante du journal et être un instrument d'échange et de réflexion sur la foi et l'engagement du chrétien dans le monde
  3. Etre une plate-forme de débat d'opinion pour stimuler l'interactivité avec le lectorat et garder le souci d'une pluralité de regards chère à l'esprit de la Réforme
  4. Faire de la formation permanente biblique et théologique
  5. Informer sur la vie de l'Eglise universelle en portant un intérêt particulier pour les Eglises régionales et leurs liens transfrontaliers

Historique

Le Messager Evangélique du Dimanche

Le Messager Evangélique du Dimanche parait le 29 octobre 1939[1], de la suite de la fusion des trois journaux de l'époque : l'Evangelisches Sonntagsblatt (de sensibilité piétiste), le Friedensbote (de sensibilité luthéro-orthodoxe) et le Kirchenbote (de sensibilité libérale). Cette fusion est appuyé par les présidents du Directoire de l'ECAAL et de l’ERAL, dans le souhait de relier les prostants alsaciens disséminés[2].

Le journal prendra le nom de Messager Evangélique du Dimanche. Il paraitra, en édition bilingue, jusqu'à la mi-août 1940. Une version française paraitra en Dordogne jusqu'en 1944. En Alsace, une feuille de liaison sera imprimée pendant un an par la Evangelisch-lutherische Landeskirche mise en place par les autorités allemandes.

Le Messager Evangélique

A la Libération, Robert Hoepffner demande aux trois journaux d’avant-guerre de poursuivre leur travail en commun. Le Messager Evangélique continue son aventure, sous la présidence de Jean Bresch[3] Le projet porte sur les cinq points suivants. Le Messager doit manifester une attitude clairement évangélique, inciter à une vie communautaire et fraternelle, s’engager dans la mission intérieure et l’évangélisation, veiller à ne pas marquer les différences entre luthériens et réformés, et rester entre les mains de chrétiens sans jamais dépendre de l’autorité d’un Etat quel qu’il soit.

Le Messager

En ??[4], le Messager Evangélique choisira de s’appeler le Messager.


Anciens responsables

  • Henri Birmelé (1939 – 1940)
  • Henri Rauzier (1940 – 1944)
  • Jean Bresch (1945 – 1965 ?)

Administration

  • Adresse : 4 rue Gustave Doré - 67000 Strasbourg
  • Téléphone : 03 88 23 33 40
  • Fax : 03 88 32 74 55
  • E-mail : administration@le-messager.net
    • Directeur de la publication et président du Conseil d'administration : Pierre-Olivier Wantz
    • Directeur : Bernard Guillot (direction@le-messager.net)
    • Rédactrice en chef : Patricia Rohner-Hégé (redaction@le-messager.net)
    • Rédacteurs : Petra Magne de la Croix ;
    • Administration : Secrétaire générale et publicité commerciale : Mireille Goehry (mgoehry@le-messager.net)


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Quand le Messager paraît, dossier du Messager Spécial 50 ans du ?? novembre 1995 (date à confirmer).

Notes et références

  1. Le premier numéro est imprimé à Sarlat en Dordogne, à 4 000 exemplaires
  2. En septembre 1939, suite à l’invasion allemande, les habitants de Strasbourg et environs ont été transplantés en Dordogne et en Haute-Vienne
  3. Jean Bresch acceptera en avril 1945 de prendre la responsabilité du Messager, sur demande personnelle de Henri Birmelé.
  4. Date à confirmer