Lembach, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Lembach
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Wissembourg
  • Consistoire de : Woerth
Lieu de culte
  • Ville : Lembach
  • Adresse : 5 rue du Château
  • Coordonnées géographiques : 49°00'14" N, 7°47'01" E
Contacts



Présentation

Paroisse luthérienne de Lembach , 5 rue du Château 67510 Lembach

La paroisse luthérienne Lembach est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Lembach : 5 rue du Château
  • Niedersteinbach : rue principale
  • Obersteinbach : rue principale


Historique

  • LEMBACH

Il est difficile d'imaginer l'isolement que pouvait connaître jadis Lembach. Implanté tout au Nord de l'Alsace, à quelques pas de la frontière palatine, le village n'est relié à Woerth qu'à la fin du 19' siècle, par la route d'abord, puis par voie ferrée.

Sous l'Ancien régime, Lembach forme deux agglomérations relevant de deux maîtres différents : le "Flecken", autour de l'église, et le «Dort». La Sauer, dont les eaux lèchent des émergences salines qui les rendent acides (sa uer), constituait la frontière entre les deux parties. Mais dès 1356, et ce jusqu'en 1720, les seigneurs du proche château de Fleckenstein unissent les deux agglomérations en une même entité.

Une paroisse protestante autonome est créée en 1603 ; jusque là, les protestants du village étaient desservis par le chapelain du château. La Réforme est introduite vers le milieu du 16' siècle dans toute la baronnie des Fleckenstein. La guerre de Trente Ans provoque l'exode et la mort de nombreux habitants de l'Outre-Forêt. De 1635 à 1664, le pasteur de Lembach dessert toute la région, de Lembach à Niederroedem, sur une distance de 30 km ... De l'église construite à Lembach au 13' siècle, subsiste la partie inférieure de la tour. Un chœur gothique est édifié un siècle plus tard, et, en 1755, on y adjoint la nef actuelle. L'autel de grès date du 18' siècle. Pour prêcher, le pasteur monte dans un arbre ...

La chaire, en grès des Vosges, est taillée au 17' siècle et remaniée au 18' ; son support s'inspire de l'histoire du jardin d'Eden et représente l'arbre de la connaissance, avec pommes et serpent. Les vitraux illustrent la vie et l'œuvre du Christ.

Personnalités

L'un après l'autre, Jean Hœpffner (1765-1839) et son fils Jean (1811-1896) furent pasteurs à Lembach de 1797 à 1896, soit pendant 99 ans ! Le second fut en 1858 témoin au mariage civil, à Strasbourg, des parents de Charles de Foucauld. Son petit-fils, Robert Hœpffner (1882-1972), a été président du Directoire de l'Église de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine de 1938 à 1954, avec interruption pendant la guerre.

Charles Altorffer (1881-1960), promoteur des caisses d'épargne et de crédit agricole en Alsace du Nord, était pasteur à Lembach de 1907 à 1919 et à Wissembourg de 1919 à 1929, député du Bas-Rhin de 1919 à 1928 et directeur du Bureau des cultes pour 1Y\/sace et la Moselle de 1929 à 1949. Il fut élu maire de Strasbourg en 1955, mandat qu'il assura jusqu'en 1959.


Depuis 1906, la paroisse catholique possède sa propre église. Auparavant, et ceci depuis le début du 18' siècle, elle célébrait ses cultes à l'église du « Flecken ».

  • NIEDERSTEINBACH

Niedersteinbach a autrefois appartenu à la baronnie des Fleckenstein et au comté de Hanau-Lichtenberg, qui adoptent la Réforme au milieu du 16' siècle. La petite église, entourée du cimetière, est élevée en 1742 à l'emplacement d'un édifice du Moyen Âge. En 1808, la manufacture d'orgue StiehrMockers transfère à Niedersteinbach l'orgue de Johann Conrad Sauer, précédemment installé à Bernardswiller.

  • OBERSTEINBACH

Rattaché d'abord aux possessions des ducs de Deux-Pont-Bitche, Obersteinbach passe plus tard au comté de Hanau-Lichtenberg. L'église protestante est construite en 1787, à la demande de Louis IX, landgrave de Hesse-Darmstadt, dont les initiales figurent sur le linteau du porche. Curiosité politico-géographique : par le déplacement de la toute proche frontière, le village passe en 1815 aux mains de l'Autriche et de la Bavière, à qui appartient alors l'actuel Palatinat. En 1825, le village revient à la couronne de France. Non loin de là, à Sturzelbronn, s'élevait jadis une abbaye cistercienne.

Les paroisses réformées de l'Outre-Forêt

Dans l'Outre-Forêt, les paroisses de Hunspach, Seebach, Cleebourg, Steinseltz, Rott et leurs annexes forment un «îlot réformé ». À part Seebach, ces paroisses faisaient jadis partie du bailliage de Cleebourg, attribué au duché de Palatinat-Deux-Ponts ; le duc Jean l, avec tout son duché, se rallie à la confession calviniste. En 1588, le duc Jean 1 de Deux-Ponts oblige tous les pasteurs luthériens du bailliage de Cleebourg (Keffenach, Hunspach, Steinseltz, Rott et bien sûr Cleebourg) à adopter la foi réformée ou à quitter leur paroisse. À l'exception du pasteur de Keffenach, tous les pasteurs se rallient à cet ordre. Depuis lors, Hunspach, Steinseltz, Rott et Cleebourg forment, avec leurs annexes, une enclave réformée dans la région. Des «visitations d'Église» sont ordonnées par le duc ; pratiquées régulièrement, leur but est de rendre compte de la situation matérielle, morale et spirituelle des paroisses.

Après la guerre de Trente Ans, la chancellerie de Deux-Ponts se tourne vers la Suisse, réservoir d'hommes susceptibles de repeupler la région. Exemption d'impôts, attribution de terres, possibilité de s'instruire et autres avantages sont accordés à ceux qui s'établiront dans l'Outre-Forêt. Il subsiste toujours dans ces villages des noms de familles aux consonances suisses. Leurs arbres généalogiques plongent leurs racines dans les terres de cantons suisses. Les mennonites*, de leur côté, sont autorisés à se fixer aux endroits de leur choix.

À Hoffen, Hunspach et Ingolsheim, beaucoup de fermes à colombages rappellent le passé agricole de la région. L'ancien costume traditionnel est pratiquement tombé en désuétude; çà et là, des manifestations folkloriques le remettent à l'honneur.


Source : Protestants d'Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/saep

Site Internet

...

Administration