Mémorial huguenot

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher

Le mémorial huguenot de l'île Sainte Marguerite

Adresse : Musée de la http://www.memorialhuguenot.free.fr

Superbement situé dans l'archipel de Lérins au large de Cannes, ce lieu de mémoire souffre du voisinage concurrent de célébrités touristiques - le Masque de Fer - ou spirituelles : le monastère tout proche de Saint-Honorat. Il commémore la détention à perpétuité de six pasteurs revenus d'exil pour exercer leur ministère en France. On peut visiter une cellule du Fort analogue à celle où les pasteurs furent détenus de 1689 à 1725. Mais comme les prisonniers étaient étrangers à la région, le souvenir de leur martyr ne s'est guère enraciné comme à la Tour de Constance.

Jean Loignon

LE MEMORIAL HUGUENOT 2004

La rénovation du Mémorial Huguenot de l’île Sainte-Marguerite s’imposait : la présentation des documents était trop dense et touffue pour retenir véritablement l’attention de visiteurs toujours pressés, parfois peu informés de l’histoire du protestantisme français et souvent indifférents aux questions spirituelles.

Le nouvel aménagement comporte :

   * Un court texte sur panneaux muraux expliquant, en cinq langues, l’histoire des six pasteurs emprisonnés « pour crime de religion » dans les cachots du fort de l’île Sainte-Marguerite aux XVIIe et XVIIIe siècles.
   * une vitrine dans laquelle seront exposés des bibles, un psautier et un exemplaire des Lettres pastorales de Jurieu qui joua un rôle déterminant dans la décision de retour sur le sol français des pasteurs proscrits par l’édit de Révocation
   * une oeuvre symbolique actualisant le message laissé par ces hommes qui acceptèrent l’incarcération à vie plutôt que d’abjurer leur foi.

La conception de cette oeuvre symbolique devait tenir compte du public très divers auquel elle s’adresse. Pour être comprise, elle ne devait pas mettre l’accent sur l’aspect, aujourd’hui un peu oublié, du conflit religieux qui, à l’époque opposait à la royauté de droit divin des sujets farouchement attachés à leur foi personnelle. Il fallait par contre retrouver l’enjeu véritable et toujours actuel de ce bras de fer qu’opposait au totalitarisme du pouvoir royal la résistance opiniâtre des pasteurs emprisonnés. Le problème en cause et toujours actuel aujourd’hui est celui de la liberté d’opinion.

L’oeuvre comporte une sculpture en ronde bosse qui représente une face émaciée, bâillonnée par une main puissante. Pour bien marquer l’aspect contraignant et destructeur de ce bâillon cette main s’imprime en creux (en « négatif ») sur le visage. Un grand panneau peint symbolise en arrière plan le mur de tous les cachots du monde avec ses graffiti, ses griffures et ses tâches colorées aléatoires. On y a incorporé des collages de pages de bible et de psautier, des textes de Jurieu et autres signes ou paroles symboliques. Ces paroles, dont on a voulu empêcher le propagation par l’emprisonnement, sont étalées au grand jour, sur la paroi de la prison. Rien ne sert d’emprisonner la Parole. Toujours elle resurgit.

source : Mémorial Huguenot de l'île Sainte-Marguerite