Michel Servet

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Servet, 1511 - 1553

Né à Navarre (Espagne) en 1511, Servet publia vingt ans plus tard deux ouvrages qui mettaient en cause le dogme de la Trinité estimant que Jésus-Christ n'est pas véritablement Dieu. Il chercha à répandre sa doctrine en Allemagne d'où il fut chassé. Il s'installa alors en France, cachant ses convictions et exerçant avec brio le métier de médecin. Il fut cependant arrêté à Vienne en 1552 et condamné à mort par contumace (ayant réussi à s'enfuir de prison). Réfugié à Genève il fut une nouvelle fois emprisonné à la demande de Calvin. Le procès fut l'occasion d'une virulente joute théologique. Refusant de se rétracter Servet fut brûlé vif, avec ses écrits, le 27 octobre 1553.

Deux raisons expliquent cette condamnation. D'abord la rivalité doctrinale entre catholiques et protestants. Déjà condamné à mort par des catholiques, Servet fut brûlé par des protestants qui voulurent montrer ainsi qu'ils étaient d'aussi bons chrétiens que leurs adversaires. Calvin, en effet, était soupçonné de sympathie antitrinitaire. Ensuite Servet fut condamné par le Conseil de Genève dirigé, alors, par des bourgeois plutôt hostiles au réformateur mais qui, lui aussi, devait donner des gages de bonne volonté.

En 1903 les Genevois ont élevé un monument expiatoire pour condamner une "erreur" qui fut encore générale au XVIème siècle et s'affirmer désormais "fermement attachés à la liberté de conscience".

Source

  • Le protestantisme. Jean Baubérot, Jean-Paul Willaime. Editions MA, Paris 1987 (Epuisé)