Mundolsheim, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Mundolsheim
France France
  • Consistoire de : Vendenheim
Lieu de culte
  • Ville : Mundolsheim
  • Adresse : Grande rue de l'Eglise
  • Coordonnées géographiques : 48°38'31" N, 7°42'22" E
Contacts



Présentation

Paroisse luthérienne de Mundolsheim-Niederhausbergen, l'adresse postale est celle du presbytère protestant de Mundolsheim: 15 Petite rue de l'Eglise 67450 Mundolsheim Le foyer paroissial se trouve au 1, Grande rue de l'Eglise à Mundolsheim La paroisse luthérienne Mundolsheim est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).

Lieux de culte

  • Mundolsheim : Eglise protestante (Grande rue de l'Eglise)
  • Niederhausbergen : Eglise protestante (Rue Mercière)

Historique

Un portail d’époque romane du XIIème siècle, fort bien conservé, mène du clocher à la nef.

Niederhausbergen

Niederhausbergen est une ancienne terre strasbourgeoise, protestante depuis 1529. Son église fut incendiée par la foudre en 1865. Reconstruite en 1867 dans un style influencé de classicisme, elle a été dotée d'un clocher pointu et d'un orgue.

Mundolsheim

Le «village» de Mundolsheim, aujourd'hui gros bourg de plus de 5 000 habitants, a gardé son noyau de fermes anciennes au cœur de vastes lotissements. L’église protestante, posée sur une butte, laisse deviner son ancienneté par un sobre portail intérieur et la base de son clocher, tous deux romans. La nef, plus tardive, a été agrandie, percée de nouvelles fenêtres et rehaussée en 1729, puis en 1902. L’une des 3 cloches est l'œuvre du fondeur strasbourgeois protestant Mathias Edel (1769). L’orgue, de 1822, rénové en 1971, est dû à l'atelier Stiehr-Mockers. En 1987, on replaça dans l'église les 8 stèles et tombes des Joham, seigneurs du village et introducteurs de la Réforme en 1537. Dans le chœur, de nouveaux vitraux ont été réalisés par Philippe Simonin en 2001. Autre curiosité, au 29 rue du Gal. de Gaulle : l'ancienne école protestante, à pans de bois, de 1778.

L’église protestante de Mundolsheim

C’est le plus ancien bâtiment de la commune. Construit sur la colline, l’actuel lieu de culte prend la succession d’une chapelle mariale édifiée à une centaine de mètres et dont il ne reste pratiquement aucun vestige.

La tour massive, romane pour sa partie inférieure, est légèrement postérieure à cette période.A l’origine, l’église se présentait sans tour.

Dans sa partie la plus ancienne, l’église remonte au 12ème siècle, comme en témoigne le très beau portail roman, œuvre d’un sculpteur de l’atelier du Dompeter à Avolsheim.

La tour massive romane, pour sa partie inférieure, est légèrement postérieure à cette époque.

L’église est agrandie en 1902, et l’ancien chœur rectangulaire cède sa place à la prolongation de la nef, donnant à l’église son allure actuelle.

En 1823, la paroisse fait installer un orgue Stiehr-Mokers de 16 registres, rénové par les établissements Mühleisen en 1971.

En 1987, d’importants travaux de rénovation extérieure et intérieure sont entrepris, et à cette occasion les huit pierres tombales de la famille Joham sont installées à l’intérieur du bâtiment.

La famille Joham

C’est avec Conrad Joham (1490-1551) que débute la prospérité économique de la famille Joham, riches marchands protestants de Strasbourg. En 1537, il achète pour 4.000 florins le fief impérial de Mundolsheim-Mittelhausbergen. Conrad se fait délivrer des lettres de noblesses, et va se voir attribuer comme blason une licorne issante, c’est-à-dire une licorne dont la moitié antérieure du corps en attitude cabrée semble jaillir de la partie inférieure de l’écu. Il décède en 1551, et fut selon la coutume inhumé à Mundolsheim, mais sa pierre tombale a disparue.

Jean Joham est sans doute son frère cadet, et sa pierre tombale est la plus ancienne des huits.

Jusqu’à la Révolution, les Joham jouèrent un rôle important à Strasbourg, dans la haute magistrature et à Mundolsheim en tant que Seigneurs féodaux.

Les pierres tombales des Joham, placées en 1987 dans la nef, rappellent que les membres de la famille ont sans doute été inhumés dans l’ancien chœur.

ANNO 1… L’an mille
9 TAG N…M le 9 novembre
BRIS STRAB… est décédé
EDEL UND VEST le noble et valeureux
HANS JOHAM VON Jean Joham de
MUNDOLSHEIM Mundolsheim
DEM DER BARM à qui le Dieu miséricordieux
HERTZIG ALLECH et tout puissant
TIG GOTT GNEDIG veuille faire grâce
SEIN WILL

Architecture

Le portail roman

Les spécialistes datent ce portail roman entre 1150 et 1175. Le portail (2,80m dans sa plus grande hauteur, 2,10 m de large) a pour fonction de faire pénétrer le fidèle du monde séculier dans un espace « sacré ». En franchissant ainsi le seuil, il s’agit de laisser derrière soi les forces du mal, et d’entrer dans un espace de sanctification. De là les décorations sur les chapiteaux :

  • A droite des boucles entrelacés qui pourraient faire penser au verset 3 du Psaume 116 (Les liens de la morte m’avaient enserré). Celui de gauche laisse entrevoir une croix, symbole du salut offert par Christ.
  • Le dragon est lui le symbole de tout ce qui peut menacer l’homme et provoquer des désastres matériels, voire aussi des morts d’homme.
  • Le colonne de droite est ornée d’une tête de bélier, qui pourrait être le rappel du « bouc émissaire ».

Le clocher

Le clocher abrite trois cloches.

La plus ancienne date de 1769. Elle porte l’inscription « Sub domino Territor. DN phil Jakobi Joham de Mundolsheim sub. Pastorata MJ Hekel. Mattheus Edel zu Strasbourg gos mich 1769 signum + communis » (cette cloche a été installée pendant le pouvoir seigneurial de Philippe Jacob Joham de Mundolsheim, sous le pastorat de Jean Haeckel. Elle a été fondue par Mathieu Edel de Strasbourg en l’an 1769. La croix est le signe de communion (des chrétiens)).

Les registres signalent que deux cloches ont étés réquisitionnées par les autorités allemandes durant la guerre de 1914-1918 pour être, comme bien d’autres, fondues et transformées en canon.

Pour les remplacer, deux nouvelles cloches furent fondues en 1920. L’une d’elle est un don de la famille Baerst en souvenir de leurs quatre enfants décédés. Elle porte les noms des jumeaux Michel et George (1880), Jean âgé d’un an (1886) et de Marie décédée à 25 ans après une longue maladie (1914). On peut y lire la formule « Die Liebe höret nimmer auf » (l’amour ne disparaît jamais). Le legs précise que cette cloche doit sonner seule chaque année le 1er janvier.

L’autre cloche « Concordia » porte l’inscription « Vivos, voco, mortuos plango » (j’appelle les vivants, je pleure les morts). Y figure aussi le nom du pasteur Dietz, alors en poste à Mundolsheim ainsi que cette phrase « Friede sei ihr erst gelauete » (Que le son de cette cloche soit un appel à la paix).

Les vitraux

Lors de la rénovation de 1987, l’art contemporain fait son entrée au travers des vitraux du chœur. Œuvre du verrier Philippe Simonin, il propose de relier les deux vitraux par une arche imaginaire avec la chaire au centre.

Les couleurs y jouent un rôle important, avec le bleu couleur du ciel et le brun pour la terre, sans oublier le blanc de la lumière… celle de Pâques. Une invitation à l’espérance ; une porte ouverte sur le Royaume annoncé par le Christ et prêché par l’Eglise. Une arche de l’alliance invitant à vivre son quotidien dans la sérénité.

La chaire et l’autel

L’actuelle chaire est de 1729. Son socle contient un document attestant la date de mise en place. Mais le nom de l’artisan n’est pas connu.

Depuis peu sur l’autel se trouve un nouveau crucifix. Le Christ est en croix, croix ouverte sur la lumière, sur la vie, sur l’a-venir. La croix est posée sur une grosse pierre, symbole de celle roulée le matin de Pâques.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Présentation de l'église de Mundolsheim et de ses 3 cloches :

5 vidéos visibles sur le site http://www.youtube.com/campanophile67 (Vidéos N°250 à 254). Voir notamment : http://www.youtube.com/watch?v=yqtUhiHgxP8 et http://www.youtube.com/watch?v=Kb0B0ioYp_g&feature=related

Bibliographie

  • Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006
  • Paroisse luthérienne de Mundolsheim : un bâtiment à découvrir et à vivre, trac réalisé pour la journée du Patrimoine 2010.

Notes et références


Administration