Neuviller La Roche, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Neuviller La Roche (Wildersbach - Natzwiller)
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Dorlisheim
  • Consistoire de : Rothau
Lieu de culte
  • Ville : Neuviller La Roche
  • Adresse : 27 rue du Chenot
  • Coordonnées géographiques : 48°26'26" N, 7°14'16" E
Contacts
  • Pasteur(s) : ...
  • Téléphone : 03.88.97.06.48
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Neuviller La Roche, 27 rue du Chenot 67130 Neuviller La Roche

La paroisse luthérienne de Neuviller La Roche est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).

Lieux de culte

  • Neuviller La Roche
  • Wildersbach

Historique

  • WilDERSBACH

Annexe de Rothau jusqu'au milieu du 19' siècle, la paroisse a été créée par décret impérial en 1875. Elle est devenue une annexe de Neuviller-Ia-Roche en 1978. L'église a été construite en 1872 pendant le ministère du pasteur Tommy Fallot. En 1976, la paroisse acquiert l'orgue provenant du Séminaire protestant de Strasbourg, instrument construit par les frères Link en 1902. Il a été électrifié et agrandi à une date inconnue. Chose curieuse : l'orgue est enfermé dans une boîte expressive. Des jalousies tiennent lieu de tuyaux de façade. NEUVillER-LA-ROCHE

À flanc de colline, se niche l'église néo-romane de Neuviller-la-Roche reconstruite en 1858, après destruction de la précédente, jugée trop petite et délabrée.

Des inscriptions de versets bibliques français ont survécu aux deux guerres de 1870 et 1914 puisqu'ils se trouvent toujours sur les murs de l'église. Ces inscriptions ont été remises à neuf en 1980, lors de la rénovation de l'intérieur de l'église. En 1899, un orgue Roethinger est installé sur la tribune, nécessitant l'agrandissement et le soutènement de celle-ci. À noter que la chaire suspendue est desservie par deux escaliers.

Le Musée des arts et traditions populaires, créé à l'instigation des villageois et inauguré en 1989, expose de nombreux outils et ustensiles des métiers d'autrefois: métier à tisser, extracteur de miel, etc.


  • Personnalités

Tommy Fallot (1844-1904). Fils de Louis Fallot, fabricant de rubans et de Louise-Émilie Legrand, Tommy est né à Fouday. D'abord vicaire de la paroisse de Wildersbach, il en devint le premier pasteur en 1875. Informé qu'il devait s'engager à prier pour l'empereur, il fut tourmenté par un conflit de conscience. Fallot ne refusait pas de prier pour un pouvoir politique, mais il refusait de dire ou faire quelque chose pour complaire à une autorité humaine. C'est ainsi qu'il quitta Wildersbach pour l'église évangélique libre du Nord, à Paris.

À Paris, Fallot s'engage dans la «Mission Populaire évangélique» créée par Mac-All et participe à la Société des Missions. Infatigable, il mena la croisade pour la femme en créant la «Ligue française pour le relèvement de la moralité publique» et œuvra pour le Christianisme Social en fondant « l'Association protestante pour l'étude pratique des questions sociales ». En partant du principe qu'on pouvait espérer qu'il suffirait au christianisme d'être chrétien pour devenir social, Fallot donnait de multiples définitions du Christianisme Social.

Paul Jacquel (1880-1964), né à Natzwiller, commença une carrière d'industriel du textile dans l'entreprise de son père. Membre de la Chambre de commerce et d'industrie dès 1919, il en fut le président de 1938 à 1955. Dès son élection, il dut faire face aux événements de la Seconde Guerre mondiale et à l'évacuation de Strasbourg. Cofondateur et président du conseil de surveillance de la Foire européenne de Strasbourg, Paul Jacquel savait garder du temps pour Neuviller dont il était le maire de 1919 à 1945. Conseiller presbytéral, il représenta la paroisse au consistoire de Rothau.

Bibliographie

Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Site Internet

...

Administration