Phalsbourg, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Phalsbourg
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : La Petite Pierre
  • Consistoire de : Fénétrange
Lieu de culte
  • Ville : Phalsbourg
  • Adresse : 2 rue Emile Erckmann
  • Coordonnées géographiques : 48°46'06" N, 7°15'33" E
Contacts
  • Pasteur(s) :
  • Téléphone : 03.87.24.12.28
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Phalsbourg, 2 rue Emile Erckmann 57370 Phalsbourg

La paroisse luthérienne de Phalsbourg est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Phalsbourg : rue du Collège
  • Lutzelbourg : route de Phalsbourg

Historique

  • PHALSBOURG

Dans la partie Sud de leur comté, les princes de La Petite-Pierre introduisirent la Réforme au milieu du 16' siècle. Georges-Jean de Veldenz, dit Jerrihans, obtint en 1570 de l'empereur des privilèges pour la petite ville de Phalsbourg, nouvellement fondée. Une paroisse luthérienne de langue allemande et une paroisse de langue française, de fait réformée, y cohabitèrent dès les premières années. En effet, le comte avait accueilli sur ses terres de nombreux réfugiés huguenots'. Les habitants de Lutzelbourg furent rattachés à la paroisse de Mittelbronn. Certains protestants s'établirent même à Haselbourg.

Mais les soucis financiers obligèrent Georges-Jean à se défaire de sa ville nouvelle et des territoires y attenant; il la vendit au catholique duc de Lorraine. La paroisse put cependant survivre jusqu'en 1621, où de nombreux habitants quittèrent la ville pour trouver refuge ailleurs, en particulier à Bischwiller. Puis ce fut la Contre-Réforme, accentuée par le fait que Phalsbourg devint forteresse militaire du roi de France.

Le renouveau du protestantisme débuta officiellement en 1819 par la célébration d'un premier culte et la paroisse se développa. Le père de l'écrivain Émile Erckmann avança l'argent pour acheter une salle de danse désaffectée qui devait servir de salle de prière. Celle-ci fut transformée en lieu de culte en 1829. Située entre des maisons (rue du Collège), l'église n'a pas de fenêtres sur les côtés, ni dans le chœur couvert d'une grande verrière qui lui donne l'éclairage nécessaire. Au fond du chœur a été placée une imposante peinture représentant Jésus en croix, entouré par Marie et Jean. Le clocher actuel qui surplombe l'entrée n'a été ajouté qu'en 1929.

  • LUTZELBOURG

La renaissance du protestantisme à Lutzelbourg (aujourd'hui annexe de Phalsbourg) au cours de la deuxième moitié du 19' siècle s'explique autant par le rattachement de l'Alsace-Lorraine à Allemagne que par l'industrialisation de la région et le développement du tourisme. Dans cette vallée où se côtoient la rivière de la Zorn, une route, un canal et une ligne de chemin de fer, une petite église fut inaugurée en 1909. Celle-ci reflète les convictions théologiques et artistiques du professeur de théologie Johannes Ficker (18611944) : au centre du choeur a été placé un vitrail représentant la tête du Christ couronné d'épines; la voûte de l'église était primitivement peinte en un ciel bleu parsemé d'étoiles ... La réalisation du petit orgue Dalstein-Haerpfer (Boulay) a été directement inspirée par Albert Schweitzer.

La diaspora* dépendant de Phalsbourg - Lutzelbourg s'étend jusque vers Dabo. Selon les circonstances, sa desserte a été partagée avec la paroisse réformée de Sarrebourg.

  • ZiLLING

L'église de ce petit village dont la paroisse est une annexe de Wintersbourg a été construite en 1883. Elle abrite un orgue classé, œuvre de la famille des facteurs d'orgue Stiehr. ~instrument a été entièrement rénové et remis en état selon les plans d'origine qui n'avaient jamais été entièrement réalisés. Inauguré le 2 juin 2002, il fait désormais partie des instruments de «la Route des orgues ».


  • Personnalité

Émile Erckmann (1822-1899). Issu d'une famille de pédagogues allemands, Jean-Jacques Erckmann, le grand-père calviniste d'Émile, était officiellement relieur à Lixheim, mais il allait aussi enseigner en cachette les enfants protestants du village. Sa femme, Élizabeth Gachat, était une descendante de réfugiés de La Rochelle. Son fils Philippe, né en 1782, s'engagea dans l'armée (campagne de Zurich), après un apprentissage de relieur chez son père.

Nourri de l'esprit de l'Encyclopédie, il ouvrit ensuite une épicerie-librairie à Phalsbourg. Devenu l'un des notables (franc-maçon), il contribuera au financement d'un lieu de culte protestant. Le jeune Émile grandit au voisinage du rabbin de Phalsbourg, avec lequel son père entretenait les meilleures relations, tout en fréquentant régulièrement la messe avec sa nourrice. La religion d'Émile Erckmann, très influencée par Rousseau, pourrait se rapprocher de celle, non-confessionnelle, d'un Victor Hugo. La cérémonie d'enterrement eut lieu en 1899 au temple de Lunéville où il s'était installé depuis 1889.


Bibliographie

Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Site Internet

...

Administration