Philippe Melanchton

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher

Melanchthon, Philippe (1497-1560).

Petit neveu de l'humaniste Jean Reuchlin, il avait hellénisé son nom : Schwarzerd.

Professeur de grec et d'hébreu à Wittenberg à partir 1518, il y devint le collaborateur et l'ami fidèle de Luther, mais s'efforça, bien plus que Luther, de concilier l'Humanisme et la Réforme. Il s'était laissé gagner par Luther à la théologie et donna des cours d'exégèse. En 1521, il fit paraître la première synthèse doctrinale de la Réforme qu'il remaniera plusieurs fois par la suite : les Loci communes.

Il prit une part importante au développement des études de théologie à Wittenberg, à l'édification des Églises évangéliques (notamment à travers les inspections ecclésiastiques dont il se fit le théoricien) et à l'orientation des écoles, au point qu'on l'a appelé le précepteur de l'Allemagne. Souvent consulté comme conseiller par les princes électeurs de Saxe, Melanchthon est l'auteur de la Confession d'Augsbourg, de l'Apologie de la Confession d'Augsbourg (1531) et du Traité sur le pouvoir et la primauté du pape (1537), textes de référence de la tradition luthérienne.

Non sans s'attirer des critiques de la part de luthériens intransigeants, il joua un important rôle de médiation aussi bien entre les diverses orientations protestantes (Concorde de Wittenberg en 1536) que dans les colloques de 1539-1541 qui réunirent des protestants et des catholiques.

Bibliographie

  • Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006