Piété protestante

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher

La place de la Bible dans la piété protestante

Les français et peut être plus particulièrement les protestants sont souvent gênés en voyant les américains prêter serment avec une main sur la Bible. Les catholiques ont un grand respect devant le livre des Evangiles utilisé lors de son acclamation durant la messe. Quel est alors la place de la Bible, cette collection de plusieurs livres que l'on nomme aussi les Saintes Ecritures ?

La Bible dans l'usage courant qu'en font les " bons protestants " est un livre de chevet, la base de la méditation, un livre dans lequel le fidèle puise des paroles, des exemples dans sa vie quotidienne.

La Bible fait parfois office de livret de famille telle cette Bible remise au couple le jour de son mariage et dans laquelle quelques pages sont réservées à l'inscription du verset de confirmation, les noms des parents, parrains et marraines, dates de baptême…

Aujourd'hui, à l'heure où la Bible est diffusée dans presque toutes les langues, elle est devenue un livre facile d'accès. De ce fait, elle a peut-être perdu un peu de son caractère sacré d'où l'étonnement du protestant français devant l'américain prêtant serment sur la Bible. En France, la Bible est en effet très rarement mêlée à la vie publique. Elle est un livre privé que l'on lit chez soi. Reste à savoir combien l'utilisent dans l'édification de la vie spirituelle et combien l'utilisent pour satisfaire une curiosité intellectuelle ou par simple besoin de culture générale ! Et l'on sait combien la jeunesse manque de connaissance en matière biblique. Au XIXème siècle, des sociétés bibliques se sont appliquées à distribuer un grand nombre de bibles en France. Il y avait alors des protestants que l'on nommait les " libéraux " qui préféraient privilégier une méthode d'analyse critique du texte biblique par rapport à la simple adhésion à certaines croyances. Les autres protestants alors " évangéliques " affirmaient leur volonté de rester fidèles aux grandes définitions données par les réformateurs. Et c'est là que fut soulevé le problème des traductions.

L'esprit de la Réforme a mis l'accent sur la possibilité pour tout chrétien de pouvoir lire la Bible dans sa langue, d'où la traduction réalisée par le réformateur Martin Luther en allemand, langue populaire, vernaculaire à une époque où le latin est la langue des érudits. Par ailleurs, la traduction d'Olivetan cousin de Jean Calvin datant de 1535 réalisée à Serrières près de Neuchâtel à partir de l'hébreu et du grec est révisée par Calvin lui-même en 1560 puis par Théodore de Bèze en 1588. Elle fut largement utilisée dans les églises protestantes francophones. Au début du XIXème siècle beaucoup de traductions s'appuient sur celle d'Osterwald et n'en sont que des éditions révisées.

Samuel Mahler.

Cf. : Le monde contemporain de la Bible. sous la direction de Claude Savart et Jean-Noël Aletti. Paris : Beauchesne, 1985.