Ribeauvillé, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Ribeauvillé
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Colmar
  • Consistoire de : Riquewihr
Lieu de culte
  • Ville : Ribeauvillé
  • Adresse : 11 rue de Lutzelbach
  • Coordonnées géographiques : 48°11'47" N, 7°18'57" E
Contacts
  • Pasteur(s) : ...
  • Téléphone : 03.89.73.62.60
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Ribeauvillé, 11 rue de Lutzelbach 68150 Ribeauvillé

La paroisse luthérienne de Ribeauvillé est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Ribeauvillé : Place du Temple

Historique

  • RIBEAUVillÉ

En 1161, l'empereur Frédéric 1er Barberousse cède la moitié des terres de Ribeauvillé à l'évêque de Bâle. L'ensemble est donné ensuite en fief aux seigneurs de Ribeaupierre qui le conservent jusqu'à la Révolution, sans avoir plein pouvoir en dehors de leurs châteaux . La ville est dominée par les trois châteaux: le St. Ulrich, le Girsberg et le Haut-Ribeaupierre.

En 1525, beaucoup de personnes de Ribeauvillé affluent vers Sélestat pour écouter le curé Seidensticker prêcher le « pur évangile », On envoie de Sélestat le prédicateur Mietling, en réponse à cet afflux de personnes. Les vignerons de Ribeauvillé se joignent aux révoltés de 1525, tout en déclarant à leur seigneur que le souci principal est d'obtenir la prédication de l'évangile. À la bataille de Scherwiller, le 20 mai 1525, une centaine des leurs sont tués.

Guillaume Il de Ribeaupierre, chargé de la régence à Ensisheim, ordonne d'appliquer des sanctions sévères aux vaincus et interdit toute propagande « luthérienne », la considérant comme responsable des troubles.

En 1547, son petit fils, Egenolf III, lui succède. Quand la «paix de religion» (Religionsfrieden) de 1555 accorde aux seigneurs le droit d'introduire la Réforme dans leur territoire, Egenolf et sa mère, Anne-Alexandrine de Furstenberg, favorisent ouvertement la Réforme et réclament un pasteur réformé. La réponse arrive en 1563 : Federlin, pasteur réformé, est nommé chapelain du château (où se trouve actuellement le lycée, dans le haut de la ville). La paroisse protestante de Ribeauvillé est créée le 18 avril 1563. Les cultes étaient réservés à la famille et aux serviteurs du seigneur. Beaucoup d'habitants de la ville manifestent le désir d'y participer ; aussi on a trouvé le moyen de les rattacher à un titre quelconque à la maison seigneuriale. Ils pouvaient de ce fait envoyer leurs enfants à l'école que tenait Federlin pour les garçons et sa femme pour les fillettes. Les autres sympathisants, par faute de place dans le château, se rendaient à l'église de Hunawihr. Impressionné par le succès du Wurtemberg, qui a contribué avec Jacob Andreae à réaliser l'entente entre tous les luthériens de l'Empire, Egenolf III décide en 1580 de suivre l'exemple de ses voisins et de se rallier à la «concorde», Le protestantisme avait une situation si assurée qu'en 1628 la moitié des sièges du Conseil de la ville était occupée par des protestants.

Fort de «l'Édit de restitution» de l'empereur (1629), l'évêque de Bâle demande aux protestants de Ribeauvillé de choisir entre le retour au catholicisme ou l'émigration, d'où l'exode de nombreuses familles. La peste de 1630/1631 décime la population (1 600 victimes). La paroisse protestante se trouve réduite, mais toujours active. En 1795, Matthias Engel, pasteur de Saint-Nicolas à Strasbourg, est appelé à Colmar. Pour effacer l'impression pénible de ses extravagances sous la Révolution, il prononce, en cette année, un discours retentissant à Ribeauvillé et imprimé à Colmar «Le mauvais troc» (der schlechte Tausch) dans lequel il condamne la tentative de n'avoir voulu offrir qu'une « morale froide» à la place de la «morale chrétienne» et affirme que «l'Évangile n'est pas de la superstition».

La première pierre de l'église protestante est posée le 22 juin 1783 et le premier culte y est célébré le 17 octobre 1784. L'orgue, d'abord situé dans l'église Notre-Dame de Saverne, est installé par Sébastian Kramer la même année. Le clocher d'une hauteur de 51 m a été ajouté en 1896 et abrite 3 cloches : Veritas - Caritas - Unitas.

  • Personnalité

Une grande figure du protestantisme : Philipp Jakob Spener (1635-1705), né à Ribeauvillé dans la maison qui est devenue le presbytère protestant, démoli en 1999 pour permettre à la ville d'agrandir l'hôpital et de le réunir au diaconat.

Fils d'un juriste, conseiller, registrateur et archiviste des comtes de Ribeaupierre, Spener étudie l'histoire, la philosophie et la théologie à Strasbourg. En 1663, il est prédicateur à la cathédrale de Strasbourg, alors luthérienne, puis il est nommé à Francfortsur-le-Main. De 1686 à 1691, il est premier prédicateur à la cour de Dresde (Saxe), avant de terminer sa carrière comme prévôt à l'église St. Nicolas de Berlin où il meurt en 1705,

Il développe et fait propager les arguments du piétisme* dont il est le fondateur. Son ouvrage majeur «Pia Desideria» (Pieux Désirs) de 1675 connaît un large succès. En résumé: dans de petits groupes appelés «conventicules» (qu'on appellerait de nos jours des ecclésioles), la lecture, l'étude et la méditation de la Bible veulent «favoriser une foi vivante dans les cœurs et agissante dans les familles »,

Le mouvement piétiste influencera de larges couches du protestantisme allemand. La pensée de Spener sera reprise par le comte saxon N. von Zinzendorf* et les Frères moraves*. En Alsace, le mouvement piétiste connaîtra un certain essor au 18" siècle, notamment dans le pays de HanauLichtenberg,

Bibliographie

Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Site Internet

...

Administration