Riquewihr, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Riquewihr
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Colmar
  • Consistoire de : Riquewihr
Lieu de culte
Contacts
  • Pasteur(s) : Fabien TROGOLO
  • Téléphone : 03.89.47.92.02
  • Mail(s) : fabien.trogolo@wanadoo.fr
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Riquewihr, 22 rue du Général de Gaulle 68340 Riquewihr

La paroisse luthérienne de Riquewihr est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Riquewihr : Eglise Sainte Marie, place des trois églises

Historique

  • RIQUEWIHR

Au Moyen Âge, Riquewihr était connu par le dicton «Drei Kirchen auf einem Kirchhofe », trois églises sur un cimetière.

L'église paroissiale Sainte Marguerite

Elle date sans doute du 12e siècle. Au Moyen Âge, la plupart des églises étaient construites sur le même plan : le chœur surmonté du clocher et la nef accolée, car les seigneurs avaient à charge le chœur et le clocher et les fidèles la nef. Au 14e siècle, la nef primitive romane à été remplacée par une nef gothique, plus grande ; une chapelle et une sacristie y ont été accolées. En 1437, le chœur a été rehaussé, ainsi que le clocher surmonté d'une flèche élancée à huit pans. Le premier culte réformé a été célébré en 1535. Le 17 septembre 1685 a été introduit le simultaneum*, et en 1686 a été nommé un curé «royal ». Au fil des années, l'église se lézardait et menaçait de s'écrouler. Elle fut détruite et remplacée par deux églises en 1849 : - l'église protestante Sainte-Marguerite, la plus grande, au même emplacement, - l'église catholique Sainte-Marguerite, à l'extérieur des remparts. Les deux églises possèdent chacune un bel orgue Stiehr-Mockers ; ils ont été construits en même temps, entre 1852 et 1853.

L'église Notre-Dame

Du début du 14e siècle, elle était le centre d'un pèlerinage réputé de la Vierge, car elle abritait une image miraculeuse de Marie, ramenée lors d'une croisade et placée d'abord dans le château du Bilstein, près de Riquewihr. Par son style, gothique flamboyant, cette église devait être un bijou, comme en témoignent deux fenêtres. En 1373, 72 paysans possédés par des esprits mauvais y auraient été guéris! En 1534, le pèlerinage est aboli, et l'église est transformée en 1535 en maison d'habitation pour le surintendant* et son diacre.

L'église Saint-Érard

On a découvert récemment de belles fresques de 1500 dans cette ancienne chapelle de l'hôpital. Lors de la Réforme, l'école des garçons et le logement des instituteurs y ont été installés. Seule reste l'inscription sur le linteau d'une fenêtre: «Das Wort Gottes bleibt ewig» - la Parole de Dieu demeure éternellement. Ce verset (Ésaïe 40, 8) était brodé sur les bannières des paysans révoltés de 1525.

  • Personnalité

Heinrich Schickhardt (1558-1635), l'architecte ducal, est né le 5 février 1558 à Herrenberg dans le Wurtemberg, d'un père ébéniste et sculpteur sur bois. Dès l'âge de 21 ans, après avoir été au service de Georg Beer, l'architecte du duc, il se vit confier la construction de deux châteaux. À partir de 1590, il travaille sous Frédéric 1 et, en 1608 il devient l'architecte du duc de Wurtemberg. Il a été l'un des premiers architectes allemands de la Renaissance. Il a laissé son empreinte à Riquewihr où il a séjourné en 1606 : les maisons Irion (1606), Dissler (1609-1610) qu'on ne se lasse d'admirer; à Colmar, entre autres la maison des Têtes, à Montbéliard le temple St. Martin. Il succombe le 14 janvier 1635 aux blessures reçues en défendant une parente contre la soldatesque du parti impérial.

Bibliographie

Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie / sous la dir. d'Antoine Pfeiffer.- Ingersheim : Saep ; Strasbourg : Oberlin, 2006

Site Internet

Administration