Romanswiller, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Romanswiller (Allenwiller)
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Dorlisheim
  • Consistoire de : Wasselonne
Lieu de culte
  • Ville : Romanswiller
  • Adresse : 13 route de Wasselonne
  • Coordonnées géographiques : 48°38'40" N, 7°24'28" E
Contacts
  • Pasteur(s) :
  • Téléphone : 03.88.87.02.70
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Romanswiller, 13 route de Wasselonne 67310 Romanswiller

La paroisse luthérienne de Romanswiller est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Romanswiller
  • Allenwiller

Historique

  • ROMANSWILLER

Le village est signalé dès le 9e siècle. En 1489, il est devenu propriété de la ville libre de Strasbourg, ce qui explique son passage précoce à la Réforme dès 1526, et cela « malgré l'opposition du châtelain Eucaire Bock d'Erlenburg qui refusait de payer le traitement du pasteur, prétextant que les revenus de la cure étaient destinés à assurer la messe ». Après les tribulations de la guerre de Trente Ans, le simultaneum* fut imposé dans l'église en 1690. Il dura jusqu'à la prise en service de la nouvelle église catholique en 1899. Certains éléments du lieu de culte protestant donnent à penser que la tour serait du 12e siècle. La nef, reconstruite en 1611, a été fortement remaniée en 1900. L'orgue est sorti des ateliers Stiehr-Mockers en 1843.

Longtemps, le village, qui atteint aujourd'hui les 1 000 habitants, a accueilli une forte communauté juive dont témoignent la façade de l'ancienne synagogue et un cimetière israélite, toujours utilisé.

Le premier pasteur de Romanswiller, Georg Wickenhauer; est sans doute celui dont il est question dans la biographie du réformateur Wolfgang Musculus (voir sous Lixheim). Suspecté d'hérésie, il se déplaçait de façon beaucoup trop insouciante. Voulant se rendre de Lixheim à Strasbourg chez un médecin à cause d'une fièvre, il passa à Saverne en 1525, qui était encore en ébullition, suite aux massacres de la guerre des Paysans. Poursuivi par des soldats, il dévia heureusement de sa route et arriva à Romanswiller où le pasteur le conduisit avec ses accompagnateurs à travers bois. Quand les cavaliers arrivèrent et voulurent savoir où ils étaient allés, 1a vieille mère du pasteur leur répondit qu'il étaient partis depuis longtemps et qu'ils se trouvaient déjà bien loin.

  • ALLENWILLER

À partir de la deuxième moitié du 16e siècle, le village d'Allenwiller a été intégré au comté de Hanau-Lichtenberg, dont les seigneurs ont introduit la Réforme. La paroisse protestante a été longtemps et jusqu'en 1959 une paroisse indépendante ; le vieux presbytère au-dessus de l'église rappelle qu'un pasteur habitait là. Aujourd'hui, elle est annexe de Romanswiller. Construite sur un promontoire, la tour de l'église protestante, dont les fondations dateraient des 10e-lle siècles, avait sans doute, en cas de conflit, une fonction militaire. Le lieu de culte a été simultané de 1687 à 1906/1907, jusqu'à la prise en service de l'église catholique nouvelle.

Au début du 20e siècle, l'église protestante a été rénovée dans le style néo-roman. Sous l'impulsion du pasteur Charles Michel, qui avait été influencé par les icônes des églises orientales, des peintures murales ont été ajoutées : dans la voûte du choeur, les symboles des quatre évangélistes ; dans la nef de 1739, les médaillons des apôtres Jean et Paul, ainsi que des paroles bibliques. À droite, un texte d'Ésaïe 54, 10 en allemand : «Quand les montagnes feraient un écart et que les collines seraient branlantes, mon amitié loin de toi jamais ne s'écartera et mon alliance de paix jamais ne sera branlante, dit celui qui te manifeste sa tendresse, le Seigneur». À gauche, une combinaison d'une parole du Christ de Matthieu 26, 41 et une parole de l'apôtre de 1 Corinthiens 16, 13 : «Veillez et priez afin de ne pas tomber au pouvoir de la tentation. Veillez, soyez fermes dans la foi, soyez des hommes, soyez forts ». Au milieu du plafond peint est représenté un grand Christ en gloire dans une mandorle sur le pourtour de laquelle a été marquée la confession de foi suivante : «Christus lebt, Christus regiert, Christus siegt, Christus triumphiert. Hallelujah. A(nno) D(omini) 1908» (Christ vit, Christ règne, Christ est vainqueur, Christ triomphe. Alléluia. Année du Seigneur 1908).

Dans les vitraux, ajoutés au moment de la restauration, sont représentées quatre personnalités importantes du temps de la Réforme, Martin Luther*, Jean Ca/vin*, le théologien strasbourgeois Martin Bucer, ainsi que l'homme politique de la ville libre, le stettmeister Jacques Sturm, figure de proue du rayonnement politique de Strasbourg au 16e siècle.

  • WANGENBOURG - ENGENTHAL

Sur le cours supérieur de la Mossig se trouvent, dans la montagne, les villages de Wangenbourg et de Engenthal, qui, avec leur secteur, sont souvent appelés la Suisse d'Alsace. Plusieurs familles protestantes se sont installées dans cette région touristique de tradition catholique. Elles sont rattachées à la paroisse de Romanswiller. Des cultes sont célébrés sur place de temps à autre à leur intention.


Source : Protestants d'Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/saep

Site Internet

...

Administration