Rountzenheim, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Rountzenheim
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Wissembourg
  • Consistoire de : Hatten
Lieu de culte
  • Ville : Rountzenheim
  • Adresse : 3 rue de l'Eglise
  • Coordonnées géographiques : 48°49'07" N, 8°00'19" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Jean SCHWACH
  • Téléphone : 03.88.86.40.26
  • Mail(s) : jean.schwach@free.fr
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Rountzenheim, 3 rue de l'Eglise 67480 Rountzenheim

La paroisse luthérienne Rountzenheim est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Rountzenheim : rue de la Mairie
  • Soufflenheim : rue du Mont de l'Eglise


Historique

  • ROUNTZENHEIM

La paroisse de Rountzenheim a été une annexe de Sessenheim jusqu'en 1848, date à laquelle elle a été érigée en paroisse indépendante. Faute de pasteur, Rountzenheim a été desservie depuis Sessenheim de 1945 à 65. Les pasteurs des deux villages se remplacent réciproquement depuis toujours, de là d'anciens liens, toujours vivaces, entre ces deux paroisses. Léglise simultanée* et les deux presbytères sont à Rountzenheim, mais le cimetière, dans leur prolongement, est sur le ban d~uenheim, le tout étant commun aux deux villages, comme pour Sessenheim et Stattmatten. Rountzenheim, attesté en 884, est passé, comme Auenheim, à la Réforme en 1543. Pendant les guerres de Turenne de 1674-75, les habitants se réfugièrent sur les îles du Rhin, alors très sauvages, dont Dalhunden, où ils firent baptiser leurs enfants.

L'église de Rountzenheim, simultanée*, reconstruite en 1779-81 en style néo-classique, est fortement décorée à l'intérieur en style baroque finissant. Sur la façade, deux rares inscriptions catholiques en latin rappellent cette reconstruction, laquelle est un intéressant exemple d'aménagement intérieur d'un simultaneum à cette époque, combinant dans un plan harmonieux les traits propres et communs aux catholiques et aux protestants. Elle comprend un maître-autel entouré de lambris et deux autels latéraux catholiques, une chaire commune à gauche qui fait face au banc pastoral protestant à droite, ressemblant à un confessionnal.

Rountzenheim : l'autel. Entre les deux, l'autel mobile protestant (classé), décoré d'un agneau couché sur le livre aux sept sceaux de l'Apocalypse, ch. 5 (comme à Sessenheim, où l'autel du simultaneum, de 1805, porte le même décor). Deux confessionnals catholiques, harmonisés avec le banc pastoral protestant, de part et d'autre de l'entrée. Tous ces mobiliers entourent des bancs de l'époque, qui viennent d'être restaurés. Un très bel orgue Stiehr-Mockers de Seltz, de 1822, en style baroque-restauration, placé entre les deux puissants piliers de grès rose qui supportent la tour, occupe la tribune à rambarde de l'époque. Le presbytère protestant, dans le prolongement du chœur à chevet octogonal, possède un joli enclos grillagé du 19' siècle, qu'on a récemment réparé.

Quelques belles pierres tombales anciennes entourent l'église, ainsi qu'un monument aux morts de Frédéric Alfred Marzolff (1867-1936). Le sculpteur Marzolff habitait le village, dans une maison dont la cour était ornée d'un lion qu'on peut voir aujourd'hui devant la gare de Haguenau, avenue de l'Europe (voir sous Sessenheim).

  • AUENHEIM

Auenheim, annexe de Rountzenheim, signalé depuis 775, reste dans l'histoire à cause de la terrible bataille contre les Pandours, féroces auxiliaires hongrois des Autrichiens. L'offensive française, menée à travers Soufflenheim vers l'Est, coûta 2000 tués Autrichiens et au moins 500 Pandours, lesquels ne revinrent jamais plus en Alsace. Auenheim a vu naître le peintre Henri Loux (1873-1907) dans l'école-mairie, où son père était instituteur protestant. À l'âge de trois ans, son père étant muté à Sessenheim, c'est là qu'il grandit. Ses peintures contiennent des motifs du Ried et de ses villages (voir sous Sessenheim).


Source : Protestants d'Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/saep

Site Internet

...

Administration