Strasbourg

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Strasbourg (homonymie). Disambig.png

Strasbourg est une ville profondément marquée par la Réforme.

Histoire

Les écrits de Luther y circulèrent très vite. Du fait de son statut de ville libre, de sa position géographique privilégiée et du rayonnement de ses dirigeants politiques et religieux, Strasbourg joua un rôle très important dans la diffusion de la réforme. Martin Bucer, qui y œuvra de 1523 à 1548, organisa l'Église protestante grâce à l'appui du stettmeister (magistrat) Jacques Sturm qui s'était rallié à la Réforme. Après l'échec de la guerre des paysans en 1525, Strasbourg accueillera des anabaptistes, des spiritualistes et des huguenots persécutés. Jean Calvin y séjournera de 1538 à 1541, ce qui lui permettra de se familiariser avec les conceptions pastorales et liturgiques de Bucer. De 1549 à 1559, la cathédrale sera rendue au culte catholique. A Strasbourg, la réforme se traduisit entre autre par un important effort de scolarisation et plus particulièrement par la fondation de la Haute Ecole (Gymnase Jean Sturm) en 1538. Elle jouera un rôle primordial dans la formation de l'élite strasbourgeoise.

C'est à l'occasion de l'intégration de Strasbourg au Royaume de France en 1681 que le catholicisme fut réintroduit dans la ville et la cathédrale rendue au culte catholique. A la fin du XVIème siècle, les vingt mille habitants de la cité rhénane étaient presque tous protestants. En 1697, Strasbourg comptait 5 119 catholiques, 19 839 luthériens et 1 523 réformés. Mais à partir de 1765, les protestants seront minoritaires.

De nos jours

Aujourd'hui, la population protestante à Strasbourg est faible (18 %) mais elle manifeste toujours fortement sa présence dans la ville. En effet, diverses confessions protestantes y sont très actives : aux luthériennes et réformées qui sont majoritaires s'ajoutent les communautés baptistes, méthodistes, mennonites, malgaches, pentecôtistes, luthériennes libres, évangéliques. Diverses structures y sont aussi présentes :

Enfin, il faut noter le rayonnement de sa faculté de théologie, seule faculté de théologie protestante française d'État.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Notes et références