Strasbourg, paroisse luthérienne du Temple Neuf

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne du Temple Neuf
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Strasbourg
  • Consistoire de : Temple Neuf
Lieu de culte
  • Ville : Strasbourg
  • Adresse : Place du Temple Neuf
  • Coordonnées géographiques : 48°34'59" N, 7°44'52" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Rüdiger POPP
  • Téléphone : 03.88.32.89.89
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : TempleNeuf.org



Présentation

Paroisse luthérienne du Temple Neuf, 6 rue du Temple Neuf 67000 Strasbourg

La paroisse luthérienne Renouveau du Temple Neuf est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Strasbourg : Place du Temple Neuf


Historique

Le Temple-Neuf (place du Temple-Neuf) fut élevé de 1874 à 1877 en grès rose et en style néo-roman sur les plans d'Émile Salomon (d'où son surnom de «Temple de Salomon »). Il remplace l'ancienne église des Dominicains du 13e siècle, détruite par le bombardement du 24 août 1870, durant le siège de la ville. En même temps, dans le chœur de cette église, la bibliothèque municipale, comprenant quelque 400000 volumes, dont 24000 manuscrits et 9000 incunables, fut anéantie par les flammes.

La dénomination de l'église (Neue Kirche) date de 1681, quand il fallut évacuer la cathédrale et se rendre dans cette église conventuelle désaffectée. À l'intérieur, chaire et autel de pierre blanche et surtout, au bas-côté gauche, la pierre tombale de Jean Tauler (1300-1361), célèbre prédicateur et mystique dominicain strasbourgeois.


  • Personnalités

Mathias ou Matthieu Zell (1477-1548), de Kaysersberg, était curé de Saint-Laurent, la paroisse de la cathédrale, depuis 1518, quand il commença, le premier à Strasbourg en 1521, à prêcher dans la ligne de Luther*, attirant jusqu'à 3 000 personnes pour venir l'écouter. Par son «Apologie chrétienne» (1523), premier en date des ouvrages réformateurs à Strasbourg, il sut entraîner dans son camp Capiton et Bucer. Il fut aussi le premier prêtre à se marier, en 1523, avec Catherine Schütz (1497-1562) qui prit à cœur son rôle de femme de pasteur et témoigna de beaucoup de zèle, d'hospitalité, de tolérance, d'indépendance et de force de caractère, s'occupant des malades, des lépreux, des théologiens nonconformistes. Elle publia d'ailleurs plus que son mari.

Le pasteur Jean-Laurent Blessig (1747-1816) fut un prédicateur brillant et réputé, un esprit des Lumières pourtant fidèle à ses convictions religieuses, plus spiritualiste que rationaliste, un philanthrope aux idées élevées et au tempérament pratique qu'il sut défendre courageusement pendant et après la Révolution, un auteur fécond et un initiateur d'œuvres sociales. Pendant son ministère au Temple-Neuf, il présida de 1787 à 1816 l'œuvre de bienfaisance «Société des pauvres honteux», fondée en 1780, destinée à secourir les malades non hospitalisés et à assurer l'éducation des enfants de parents pauvres. Cette œuvre existe toujours sous le nom d'Entraide protestante de Strasbourg. Blessig a été professeur de théologie et a contribué à l'organisation de l'Église de la Confession d'Augsbourg* en 1802.

François Henri Haerter (1797-1874). Ce Strasbourgeois est la principale figure du Réveil piétiste* dans sa ville natale. Longtemps pasteur au Temple-Neuf (1829-1874), prédicateur influent, son nom reste attaché à la fondation d'une pépinière d'œuvres diaconales et d'évangélisation. Certaines gardent aujourd'hui leur importance : la «Société Évangélique de Strasbourg-Mission intérieure» (SEMIS), créée en 1834, l'édition et la diffusion de Bibles, de traités et livres religieux - aujourd'hui Librairie Oberlin -, l'Établissement des Diaconesses (1842), avec ses diverses maisons de soins et le collège du Bon Pasteur (1871) qui a pris en 1919 le nom de sa fondatrice, Lucie Berger.

Site Internet

Présentation du Temple Neuf et de ses cloches sur le site YouTube: voir les liens suivants: http://www.youtube.com/watch?v=bOVwWvXLPzo et http://www.youtube.com/watch?v=MrY_mSVHdZ4

Administration

Bibliographie

  • Protestants d'Alsace et de Moselle, Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/Saep