Symbole de Nicée-Constantinople

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher

Ce texte, mentionné dans les confessions de foi de la Réforme comme contenant la vérité de la foi chrétienne, a été élaboré au Concile de Nicée, en 325, pour répondre aux thèses ariennes niant la pleine divinité du Christ. Il a été complété au Concile de Constantinople en 381 pour ce qui concerne le Saint-Esprit.


Traduction française

Nous croyons en Dieu, Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre,
de toutes les choses visibles et invisibles.
Et en un seul Seigneur,
Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu,
né du Père avant tous les siècles,
lumière issue de la lumière,
vrai Dieu issu du vrai Dieu,
engendré et non créé,
d'une même substance que le Père
et par qui tout a été fait;
qui, pour nous les hommes et pour notre salut,
est descendu des cieux
et s'est incarné par le Saint-Esprit et la Vierge Marie
et a été fait homme.
Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
il a souffert et il a été mis au tombeau ;
il est ressuscité des morts le troisième jour,
conformément aux Écritures ;
il est monté aux cieux
où il siège à la droite du Père.
De là, il reviendra dans la gloire
pour juger les vivants et les morts,
et son règne n'aura pas de fin.
Et en l'Esprit Saint
qui règne et qui donne la vie,
qui procède du Père[1],
qui a parlé par les prophètes,
qui, avec le Père et le Fils, est adoré et glorifié.
Et une seule Église, sainte, universelle[2] et apostolique.
Nous confessons un seul baptême pour la rémission des péchés ;
nous attendons la résurrection des morts
et la vie du monde à venir.
Amen.

Voir aussi

Notes et références

  1. La tradition occidentale avait rajouté très tôt « et du Fils ». L'œcuménisme amène aujourd'hui à retrouver la formulation originale qui avait été conservée par les Orthodoxes.
  2. Les protestants français traduisent ainsi, pour éviter toute ambiguïté, le mot traduit habituellement par « catholique ».