Théologie

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant ou classez-le dans une catégorie d’ébauches !

Qu'est-ce que la théologie ?

L'étymologie du terme theo logos indique simplement que la théologie veut tenir un discours sur Dieu, un discours logique. Le défi est justement dans cette approche « logique » de Dieu. Des croyants pourraient regarder avec méfiance ce qui mettrait en question leurs convictions intimes. Il faut pourtant un dialogue entre la raison et la foi.

L'Eglise estime qu'un travail constant d'intelligence de la foi est à poursuivre pour les raisons suivantes :

  • Notre monde et les cultures qui l'habitent changent tout au long des siècles pendant que les sciences théologiques progressent elles-aussi. Cette double évolution nécessite un dialogue constant.
  • D'autre part le croyant avance dans la vie non seulement en âge mais aussi en maturité, en nouvelles compétences. Un nouveau métier, un déménagement, un changement d'Eglise et le voici en nécessité de refaire le point, de redire sa foi à la lumière de ce qu'il vit à ce moment de la vie. La théologie peut l'aider dans ce domaine.

La théologie préconise aussi une certaine prudence visant à comprendre ce qui se passe vraiment en l'homme quand il dit qu'il croit, quand il dit être motivé par la foi et qu'il présente une volonté de Dieu - par exemple un principe éthique - comme une évidence. La foi doit être pensée, c'est la démarche nécessaire chez les protestants pour valider les principes de responsabilité et de la liberté.

L'homme mené par ses convictions intimes tout comme l'homme mené par la raison - souvent c'est le même - peuvent s'égarer. Pour l'éviter un dialogue entre la foi et la raison, un dialogue entre plusieurs, aussi entre les Eglises, entre les chercheurs et l'Eglise sont menés. Ce dialogue exigeant tout comme une humble recherche doivent être menés entre ce qui est de l'ordre de l'Esprit du Christ et l'esprit du monde.

La théologie se veut une science, c'est-à-dire qu'elle préconise une démarche intellectuelle rigoureuse et une pleine liberté dans ses recherches tout comme dans ses conclusions.

L'exégèse

L'une des convictions majeures du protestantisme affirme que le discours sur Dieu doit s'appuyer sur la Bible.

Comment étudier la Bible ?

La première approche se nomme l'exégèse, elle consiste à tenter de comprendre un texte comme on le fait pour tout texte littéraire. L'étudiant approfondit sa connaissance de la langue, du vocabulaire, des notions bibliques, des contextes, des époques, des genres littéraires, ce qu'on sait des auteurs, comment les auteurs reprennent eux-mêmes les textes anciens, la place du texte dans une œuvre, etc.

Les Eglises luthériennes et réformées ont voulu dès le départ (au XVIe siècle) s'inscrire en une démarche rationnelle par un retour à l'étude des langues dans lesquelles la Bible avait été écrite. C'est en théologie que les étudiants qui deviendront pasteurs apprennent l'hébreu (pour l'ancien testament) et le grec (pour le nouveau testament). Cet axe a été maintenu jusqu'à nos jours.

Les fils directeurs – continuités et ruptures

Faire de la théologie c'est aussi chercher à travers des textes écrits sur un peu plus de 1000 ans des fils directeurs qui permettent de relier des notions à travers les siècles. Accepter l'idée que Dieu a inspiré la Bible, choisi un peuple (Israël) et s'est lié à lui dans son histoire, implique une continuité, une logique dans une révélation que la théologie est chargée de dire. C'est un défi considérable que de comprendre le vocabulaire et les notions religieuses sur plus de 1000 ans. La théologie parcourra les liens logiques mais aussi les moments où la compréhension de Dieu se modifie, où des notions anciennes sont abandonnées, où des notions nouvelles sont introduites. Elle pourra autant chercher les continuités que les ruptures.

Le travail des théologiens est aussi de tenter de comprendre comment les textes bibliques ont évolué jusqu'au recueil actuel.

La théologie chrétienne est une théologie christocentrique, c'est-à-dire que Jésus Christ est pour elle au centre de la révélation de Dieu. Cette théologie voudra donc lire toute la Bible à partir de cet évènement, elle voudra relier le passé biblique à cet évènement.

Les fils directeurs qui traversent la bible seront autant de manière de la lire, ces fils peuvent être multiples. On connait par exemple une théologie luthérienne, réformée, libérale ou évangélique mais elle peut aussi tenter de définir, par exemple, en une théologie de l'espérance ou des Droits de l'homme.

Les sciences humaines

La théologie pose la question de l'utilisation de la raison, l'utilisation de toutes les sciences pour comprendre et parler de Dieu.

Pour elle, étudier la Bible, c'est aussi étudier l'être humain, la culture, l'histoire, la civilisation. Mais comment la raison peut-elle éclairer ce qui est de l'ordre de la révélation ? De quelle manière la foi qui est de l'ordre d'une confiance, d'une conviction intérieure déclenchant bien des comportements éthiques et psychologiques, peut-elle tenir compte, être confortée, corrigée ou nuancée par tout ce qu'on apprend de vrai par ailleurs ? La foi, si elle donne accès à Dieu, ne fournit pas pour autant d'articulation toute tracée avec les sciences humaines.

La théologie veut aussi tenter de comprendre ce qu'on appelle "le phénomène religieux". Une étude de la société par la sociologie, l'histoire, la philosophie et l'histoire des religions est menée.

De plus la théologie se définit comme une science. C'est-à-dire qu'elle tente une approche de la vérité à partir de démarches objectives et rationnelles. Ce qui est publié ou enseigné est livré au regard, à l'analyse des autres enseignants tout comme à l'analyse de tout chercheur, tout croyant, tout lecteur.

La charge de la théologie est aussi de parler du Dieu d'aujourd'hui. Comprendre Dieu ou rester fidèle à Dieu ne consiste pas seulement à répéter les mots et les notions d'autrefois, mais c'est tenter de dire les vérités contenues dans la Bible avec les mots et les notions d'aujourd'hui.

La théologie comprise comme science veut aussi produire des avancées. Elle aussi connaît des théories nouvelles, des approches en vogue et des désaffections de notions. Elle est donc en dialogue, parfois en tension, avec ceux qui seraient les tenants d'un conservatisme.