Wangen, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant !
Paroisse luthérienne de Wangen

(Marlenheim - Nordheim)

France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Dorlisheim
  • Consistoire de : Wasselonne
Lieu de culte
Contacts
  • Pasteur(s) : ...
  • Téléphone : 03.88.87.60.24
  • Mail(s) : ...
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Wangen, 89 rue du Général G. Strohl 67520 Wangen

La paroisse luthérienne de Wangen est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

  • Wangen : Eglise simultanée, place de l'Eglise
  • Marlenheim : Eglise protestante, rue des Roses

Historique

  • WANGEN

Adossé au Wangenberg, le village viticole de Wangen, autrefois fortifié, domine la vallée de la Mossig, ouvert sur le soleil levant. Malgré son lien avec l'abbaye des moniales nobles de SaintÉtienne de Strasbourg, il passa à la Réforme vers le milieu du 16' siècle. Le protestantisme s'y implanta et marquera son histoire.

L'église Saint-Étienne, simultanée* depuis 1686, a été reconstruite en 1830 et sert toujours aux deux cultes. Derrière l'orgue est encastré dans le mur un tympan de l'église primitive avec la représentation d'un agneau pascal et une inscription latine «Anno do mini MCCXIV facta est haec ecclesia sub Frederico. Agne Dei miserere mei, qui crimina tollis» (en l'année 1214 a été faite cette église sous Frédéric - c'est-à-dire l'empereur Frédéric Il de Hohenstaufen -. Agneau de Dieu, qui enlèves les accusations, aie pitié de moi). Le lieu de culte a été admirablement rénové en 2002. À l'entrée, une chapelle a été installée sous la tribune. Servant toujours aux cultes protestant et catholique, l'église comporte désormais comme autel commun, l'ancien autel protestant, qui par le passé était sur rails et pouvait être glissé de côté pour les célébrations catholiques.

Les fonts baptismaux polygonaux en grès de 1687 ont trouvé place devant dans la nef. La chaire est néo-classique. L'orgue Wetzel, classé, a été inauguré en 1880. Trois tableaux représentent Jésus enfant - fils de charpentier - son baptême et la lapidation d'Étienne.

La fondation «Le Refuge» a été fondée à Strasbourg en 1876. Depuis 1953, cette œuvre protestante s'est installée au Freihof, ancienne ferme du village que possédait dans le passé l'abbaye de Saint-Etienne, et s'est développée tout autour. Le Freihof est aujourd'hui un institut psycho-pédagogique au service des enfants et des familles en difficulté et ce dans le respect de la dignité humaine.

  • MARLENHEIM

En 1542, trente bourgeois de Marlenheim demandèrent aux responsables de la ville de Strasbourg un prédicateur évangélique. L'influence de l'évêque fit échouer le projet, mais les protestants du village, de plus en plus nombreux, purent se rattacher à la paroisse de Wangen. En 1687, le nombre de familles protestantes s'était réduit à cinq et les cultes sur place furent interdits. Dans la deuxième moitié du 20' siècle, les mouvements de population amenèrent des protestants à Marlenheim. Pour les cultes, ils se réunirent successivement en plusieurs lieux, mais le 20 juin 1982 fut inaugurée une église moderne, située sur les hauteurs au-dessus du village. Son infrastructure permet tant les réunions cultuelles que la convivialité, grâce, entre autres, à une cuisine et une salle de réunion au sous-sol.

  • LA DIASPORA DE NORDHEIM

L'histoire du protestantisme de ce vieux village, placé sur les pentes du Goeftberg, est peu connue. Au cours des années, les protestants furent rattachés à diverses paroisses des environs, comme par exemple Duntzenheim et Zehnacker. En 1681, l'annexion par le royaume de France de la ville de Strasbourg, propriétaire du village, provoqua la conversion de nombreux habitants à la religion du roi.

Une maison, au n° 2 de la rue des Nobles, est désignée habituellement comme étant située sur l'emplacement de la demeure de Jean Sturm (15071589). Humaniste, pédagogue et premier recteur du Gymnase protestant de Strasbourg, fondé en 1538, il y finira ses jours. Son biographe, Charles Schmidt, écrit: «À Nordheim, dans la bonne saison, le vieillard s'occupait de son jardin et de ses champs avec une attention qui ne dédaignait pas les moindres détails ...; il se plaisait à soigner lui-même les ruches de ses abeilles, en même temps, la ruine de sa fortune l'obligeait à veiller à la vente exacte de ses légumes et à s'occuper des petits besoins de son ménage ... ; il demande qu'on lui envoie de la bière, des harengs, du beurre salé, il veut savoir quel procédé on emploie en Normandie pour faire le cidre ; le tout avec un sérieux qui nous ferait sourire, s'il ne fallait pas plaindre le vieux savant» (voir aussi sous Strasbourg).


Site Internet

...

Administration

Bibliographie

  • Protestants d'Alsace et de Moselle, Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/Saep