Wasselonne, paroisse luthérienne

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Paroisse luthérienne de Wasselonne (Zehnacker)
France France
  • Dénomination : Luthérienne
  • Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (EPCAAL)
  • Inspection de : Dorlisheim
  • Consistoire de : Wasselonne
Lieu de culte
  • Ville : Wasselonne
  • Adresse : 2 rue du Presbytère
  • Coordonnées géographiques : 48°38'14" N, 7°26'50" E
Contacts
  • Pasteur(s) : Jean WENDLING
  • Téléphone : 03.88.87.01.68
  • Mail(s) : Jean WENDLING
  • Site Internet : ...



Présentation

Paroisse luthérienne de Wasselonne, 2 rue du Presbytère 67310 Wasselonne

La paroisse luthérienne de Wasselonne est membre de

  • l'EPCAAL (Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine)
  • elle-même membre de l'UEPAL (Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine).


Lieux de culte

Historique

Wasselonne

Le bourg de Wasselonne, avec près de 6 000 habitants, est le chef-lieu du canton. Des objets de l'occupation romaine y ont été découverts et la localité est citée dès l'année 754.

En 1496, Strasbourg acquit ce point stratégique, situé à la sortie du Kronthal et à 25 km de la capitale alsacienne. Wasselonne suivra longtemps l'évolution historique de la ville libre. En décembre 1524, peu de temps après les premiers frémissements de la Réforme à Strasbourg, les responsables du bourg demandent au Magistrat un prédicateur évangélique. Andreas Keller sera son premier pasteur à partir de 1525 et Wasselonne passe à la Réforme. Après l'annexion au royaume de France, l'ancienne église deviendra simultanée en 1686.

En 1757, après sa démolition, la nouvelle église Saint-Laurent, construite de concert par les deux cultes en style baroque, fut achevée. Elle resta commune jusqu'à l'inauguration de l'église catholique Saint-Jean Bosco le 21 juin 1941.

Dans le lieu de culte resté protestant (place du Général Leclerc) est conservée l'ancienne chaire de style rocaille, réalisée en bois de chêne. Au-dessus de l'abat-voix sont placées les deux tables de la loi qui rappellent les dix commandements. Sous la chaire se trouve un pélican sculpté, qui est symbole du sacrifice du Christ qui s'est offert jusqu'à la mort pour que ses enfants vivent. L'ancien autel protestant de l'église simultanée a trouvé place dans la chapelle à l'entrée de l'église. Réalisé en 1820, il est décoré aux quatre angles par les têtes des évangélistes et sur les côtés par une patène avec des hosties ainsi que des épis de blé et une coupe avec des rameaux de vigne, éléments qui rappellent la communion de la sainte cène. Sur la face arrière, sur une Bible ouverte, se trouve l'inscription «Herr, dein Evangelium bleibt in Ewigkeit» (Seigneur, ton Évangile demeure à jamais).

Les vitraux de la nef, du 19e siècle, représentent l'apôtre Pierre avec la Bible et la clef, et l'apôtre Paul avec la Bible et l'épée tranchante de la parole de Dieu. Dans le chœur ont été ajoutés en 1974 des vitraux modernes qui rappellent la naissance de Jésus, sa résurrection et la Pentecôte, début de l'Église.

Une mention spéciale doit être faite d'une pièce rapportée de grande valeur. En 1791, la ville a acheté un orgue, construit en 1745 par le facteur d'orgues Jean-André Silbermann pour l'église des Dominicains de Guebwiller. Cet orgue, classé à l'inventaire des Monuments historiques et restauré en 1992, comporte plus de 70 % de tuyaux d'origine. Des concerts sont organisés chaque année.

Le cimetière protestant de Wasselonne a une longue histoire. À l'entrée, une pierre de 1574 porte l'inscription latine, témoin de sagesse populaire : «Vos qui transitis memores nostri quoque sitis. Quod sumus hoc eritis, fuimus quandoque quod estis» (Vous qui passez, souvenez-vous aussi de nous. Ce que nous sommes, vous le serez, ce que vous êtes, nous l'avons été). D'un côté du cimetière se trouve une remarquable chaire pastorale construite sur un plan hexagonal en 1673. Sur les murs sont immortalisés dans la pierre les noms des notables de l'époque, dont celui du pasteur Magister Wolfgang Paulus Gnilius (1627-1675). Sur une des faces est reproduit un verset du livre de l'Apocalypse 14, 13 : «Selig sind die Toten, die in dem Herren sterben von nun an. Sie ruhen von ihrer Arbeit» (Heureux dès à présent ceux qui sont morts dans le Seigneur. Ils se reposent de leurs labeurs). Au milieu de nombreuses tombes intéressantes se trouve celle de Charles Blaesius et de son épouse. Ce pasteur était en service à Wasselonne pendant 40 ans, jusqu'à sa mort en 1863. Le monument funéraire porte une grande croix en grès, sous laquelle est placée une Bible ouverte.

Le pentecôtisme, mouvement évangélique qui insiste particulièrement sur le Saint-Esprit et son action dans le croyant, a ses racines historiques alsaciennes à Wasselonne. En février 1930 y fut organisée la toute première réunion pentecôtiste. En été 1933 auront lieu dans l'eau de la Mossig les premiers rebaptêmes. Ce qui suscita alors quelques remous dans la population. Après une longue éclipse, le pentecôtisme reprendra pied à Wasselonne à la fin du 20e siècle.

Zehnacker

Le village des «dix champs» ou du «champ de la dîme », situé à 5 km au nord de Wasselonne n'atteint pas les 200 habitants. En 1503, il a été intégré aux territoires ruraux de la ville de Strasbourg, ce qui explique le passage à la Réforme de ses habitants dès la première moitié du 16e siècle. Enclave protestante au milieu de villages catholiques, Zehnacker a eu son pasteur à demeure jusqu'en 1910. C'est aujourd'hui une annexe de Wasselonne. Le presbytère de 1724, situé à côté de l'église, est un témoin imposant de ce passé. Le simultaneum a été introduit dans l'ancienne église en 1686. Il dura jusqu'à la construction de la nouvelle église en 1852. Celle-ci a été édifiée selon un modèle original et unique en Alsace : le lieu de culte protestant et le lieu de culte catholique se trouvent sous un même toit, séparés par un mur intérieur. Sur le tympan de la porte d'entrée protestante a été gravée la parole latine «Hic domus dei et porta in cœlum» (C'est ici la maison de Dieu et la porte vers le ciel). La tour, dont la base remonte probablement au 12e siècle, est commune. Les cloches servent ensemble au village et aux deux communautés. Sur l'autel-armoire protestant a été sculptée une parole de la première lettre à Timothée 2, 6 : «Christus hat sich selbst gegeben für aile zur Erlosung» (Le Christ a donné sa vie pour libérer tous les humains). Le petit orgue Wetzel de 1867 a été classé monument historique en 1981. En 2002, avec le concours de la municipalité, les deux paroisses ont acquis deux cloches nouvelles, fondues sur place. Trois cloches, une ancienne et deux nouvelles, rythment désormais la vie villageoise, proclamant la mort et la résurrection du Christ et transmettant l'invitation œcuménique «Qu'ils soient un» (Jean 17, 2). D'ailleurs, depuis de longues années, la fête de Noël à l'église et les fêtes paroissiales sont communes aux catholiques et aux protestants. Une cloche de 1925, de moindre qualité, qui a été descendue du clocher, est placée comme un monument du passé devant l'église. Le nom du pasteur, Luther Pera, qui y est gravé, rappelle qu'en cette année Zehnacker était une annexe de Wintzenheim-Kochersberg.

Site Internet

...

Voir aussi

Bibliographie

  • Protestants d'Alsace et de Moselle, Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/Saep

Notes et références


Administration