Institut Protestant de Théologie

De Wiki-protestants.org, l'encyclopédie collaborative Protestante.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article est une ébauche, partagez vos connaissances en l’améliorant ou classez-le dans une catégorie d’ébauches !

Crée en 1972, l’Institut Protestant de Théologie regroupe les facultés libres de Théologie Protestante de Montpellier et de Paris.

Histoire

Héritière de l’Académie réformée de Montpellier (fondée en 1596) et de celle de Montauban (fondée en 1598), la Faculté de théologie protestante de Montpellier a célébré son quatrième centenaire en 1996. Établie à Montauban par décret impérial en 1808, elle fut rattachée à l’Université de Toulouse jusqu’en 1906, puis transférée à Montpellier en 1919.

Depuis 1972, elle forme avec sa Faculté sœur de Paris l’Institut protestant de théologie (IPT). Créé à l’initiative de l’Eglise réformée de France et de l’Eglise évangélique luthérienne de France, l’IPT est reconnu d’utilité publique depuis 2005. Il bénéficie, depuis 1981, d’un soutien financier de la part du Ministère de l’Education Nationale.

Eglises fondatrices

  • Eglise Réformée de France (E.R.F.)
  • Eglise Evangélique Luthérienne de France (E.E.L.F.)

Les missions de l'I.P.T.

Objectif 1 : La formation des ministres des Eglises

Objectif traditionnel des facultés de théologie, il reste un élément central de la vocation de l'IPT. Au travers de l'Institut, les Eglises fondatrices veulent garder un engagement dans un projet de formation global dont elles sont pleinement partenaires.

Objectif 2 : Un enseignement en théologie largement ouvert

Il apparaît important de maintenir le double pari fondateur de l'ouverture de l'IPT à toute personne désireuse et capable de bénéficier de la formation théologique qui y est dispensée, et d'un enseignement théologique de niveau universitaire. Cela signifie que les facultés de l'IPT doivent rester accessibles, sans autre condition que celle des aptitudes nécessaires pour suivre l'enseignement dispensé.

Objectif 3 : La participation à l'exercice de la fonction doctorale dans la vie des Eglises

Les enseignants participent à l'exercice de la fonction doctorale par leur travail de recherche et de publication, comme par leur participation à la vie synodale des Eglises (synodes, Conseils, Commissions...). Cette fonction doit être pleinement reconnue et exercée. Elle est liée à la reconnaissance des enseignants comme "ministres" de l'Eglise.

Objectif 4 : La participation aux débats de notre temps et la diffusion de la pensée théologique protestante française

Notre société contemporaine est traversée de débats où la théologie peut intervenir. Les facultés de théologie ne sont pas un lieu clos à l'écart de ces débats. Au contraire, elles sont d'une part amenées à recevoir des étudiants en recherche au travers de démarches diverses ; d'autre part, les enseignants ont vocation à participer à ces débats de société, au travers de leurs recherches, publications, conférences, voyages, échanges, participations à diverses rencontres...

Objectif 5 : La recherche théologique

Cet objectif est évidemment lié aux précédents dans la mesure où ils supposent tous un travail de recherche. Mais ce temps pour la recherche doit aussi être reconnu de manière indépendante, car il ne peut être limité aux "commandes" de l'institution ou de l'événement.


L’Institut édite également une revue trimestrielle : Etudes théologiques et religieuses

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Notes et références